RAMANANTSOA GABRIEL (1906-1979)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Tananarive dans une famille de la haute bourgeoisie merina, Gabriel Ramanantsoa s'oriente vers la carrière des armes à l'issue de ses études secondaires. Sorti de Saint-Cyr en 1931 (promotion Mangin), il terminera son service dans l'armée française avec le grade de colonel (1958) pour se mettre ensuite, naturellement, au service de l'État malgache. Au cours de près de trente années de carrière militaire française, Gabriel Ramanantsoa assume des responsabilités variées tant sur le terrain que dans l'Administration. Affecté dans l'infanterie coloniale, il est nommé en 1932 adjoint au commandant de l'école des enfants de troupe de Tananarive. En 1940, il participe à la campagne de France et obtient une citation, puis, de 1943 à 1946, il commande une compagnie à Madagascar. Il est en métropole, en poste au ministère de la Défense, lorsque la « rébellion » malgache éclate, en mars 1947. Revenu à Tananarive en 1948 comme attaché au haut-commissariat et chargé des anciens combattants, il fait ensuite la campagne d'Indochine où il obtient encore une citation. À son retour en 1954, il est à nouveau affecté au ministère de la Défense et reste à ce poste jusqu'à son passage, en 1960, au service de la République malgache.

Conseiller militaire du gouvernement malgache lors de la négociation des accords d'indépendance et de coopération d'avril-juin 1960, il est nommé, dès la proclamation de l'indépendance, chef d'état-major général des forces armées malgaches. Promu général de brigade en 1961, puis général de division en 1967, Gabriel Ramanantsoa sera le « patron » de l'armée sans discontinuité pendant douze ans, servant fidèlement – en soldat légaliste et respectueux du principe démocratique de la subordination du pouvoir militaire au pouvoir civil – le gouvernement du président Tsiranana auquel il est d'ailleurs très lié sur le plan personnel.

C'est à l'âge de soixante-six ans que les événements le font entrer brutalement en politique. Le 18 mai 1972, le président Tsiranana, débordé par la contestation violente qui agite Tananarive depuis plusieurs jours, lui donne les ple [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur agrégé à l'université d'Aix-Marseille-III, ancien doyen de la faculté de droit et des sciences économiques de l'université de Madagascar

Classification


Autres références

«  RAMANANTSOA GABRIEL (1906-1979)  » est également traité dans :

MADAGASCAR

  • Écrit par 
  • Marie Pierre BALLARIN, 
  • Chantal BLANC-PAMARD, 
  • Hubert DESCHAMPS, 
  • Bakoly DOMENICHINI-RAMIARAMANANA, 
  • Paul LE BOURDIEC, 
  • David RASAMUEL
  • , Universalis
  •  • 35 096 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « De la présidence Tsiranana à la IIe République  »  : […] Le premier gouvernement constitutionnel entre en fonction le 14 mai 1959, mais l'indépendance n'est proclamée que le 26 juin 1960, après la négociation d'accords bilatéraux de coopération technique et culturelle. Élu premier président de la République de Madagascar le 1 er  mai 1959, Philibert Tsiranana adopte une politique de continuité avec la France et développe des lie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/madagascar/#i_91048

Pour citer l’article

Charles CADOUX, « RAMANANTSOA GABRIEL - (1906-1979) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gabriel-ramanantsoa/