HIRZEBRUCH FRIEDRICH (1927-2012)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On doit au mathématicien allemand Friedrich Hirzebruch d'importantes contributions en topologie, en géométrie algébrique et en géométrie différentielle. Il joua par ailleurs un rôle clé dans la renaissance des mathématiques dans l'Allemagne de l'après-guerre.

Friedrich Ernst Peter Hirzebruch naît le 17 octobre 1927 à Hamm, en Westphalie. Après avoir effectué son service militaire pendant la Seconde Guerre mondiale, il entre à l'université de Münster. Il étudie ensuite à l'Institut fédéral de technologie de Zurich, en Suisse. En 1950, il obtient à Münster un doctorat de mathématiques pour sa thèse sur les surfaces de Riemann à quatre dimensions. Après avoir passé deux années à l'université d'Erlangen, Friedrich Hirzebruch s'installe à Princeton (New Jersey), travaillant dans un premier temps à l'Institute for Advanced Study (1952-1954), puis à l'université (1955-1956). Ce séjour américain l'incite à organiser à Bonn, à partir de 1957, l'Arbeitstagung, une conférence annuelle qui attire des mathématiciens venus du monde entier. Nommé professeur de mathématiques à la Rheinische Friedrich-Wilhelms-Universität de Bonn en 1956, il y transmettra son savoir jusqu'à sa retraite, en 1993.

En 1954, Friedrich Hirzebruch apporte la preuve de sa généralisation du théorème de Riemann-Roch pour les variétés algébriques complexes (dès lors rebaptisé théorème de Riemann-Roch-Hirzebruch). Il lègue par ailleurs aux mathématiques le théorème de signature de Hirzebruch pour les variétés différentiables ainsi que les surfaces de Hirzebruch (surfaces algébriques sur le corps des nombres complexes) et crée, avec Michael Atiyah, la K-théorie topologique. En 1980, la société Max-Planck fonde l'institut Max-Planck de mathématiques à Bonn ; Friedrich Hirzebruch en assurera la direction jusqu'en 1995. Il assume également la présidence de la Société allemande de mathématiques (de 1961 à 1962 et en 1990), puis celle de la Société européenne de mathématiques (de sa création en 1990 jusqu'en 1994). En 1988, il reçoit le prix Wolf en mathématiques « pour son travail remarquable combinant topologie, géométries algébrique et différentielle et théorie des nombres algébriques ; ainsi que pour son encouragement de la coopération et de la recherche mathématiques ». Friedrich Hirzebruch meurt le 27 mai 2012 à Bonn.

—  Martin L. WHITE

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Martin L. WHITE, « HIRZEBRUCH FRIEDRICH - (1927-2012) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-hirzebruch/