VENAILLE FRANCK (1936-2018)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrivain, poète, essayiste, conteur, librettiste d'opéra, dialoguiste, homme de radio, Franck Venaille fut un Homme en guerre (1995) perpétuelle, qui usa des mots comme d’une arme de révolte et d'une lampe d'éclaireur dans les ténèbres intérieures.

Né dans le XIe arrondissement de Paris le 26 novembre 1936, L’Enfant rouge (2018) de la rue Paul-Bert grandit dans un quartier populaire. Son enfance est triste et marquée par une éducation catholique. L’adolescent se rebelle vite contre l'austérité des prêtres et se tourne vers l’idéal communiste. La Guerre d'Algérie (1978 ; Algeria, 2004) que lui impose le service militaire (1957-1959) le meurtrit définitivement. Après un difficile retour et des conflits intimes, il abandonne ses études, adhère au Parti communiste et milite contre le colonialisme. Il publie ses premiers textes dans la revue Action poétique en 1960. Pierre-Jean Oswald édite ensuite Journal de bord (1961) – qu'il reniera –, Papiers d'identité (1966), L'Apprenti foudroyé (1969) et le récit Pourquoi tu pleures, dis pourquoi tu pleures ? Parce que le ciel est bleu Parce que le ciel est bleu ! (1972).

L'année 1968 est capitale : Venaille quitte le Parti communiste, rencontre celle qui deviendra sa « femme du 5 novembre », devient journaliste et fonde la revue Chorus (1968-1974) qui le lie avec les peintres Jacques Monory (Deux, 1973) et Peter Klasen (K.L.A.S.E.N, opéra en trois actes et quinze scènes, 1989). À partir de 1974, il devient producteur à France Culture (« Poésie ininterrompue », « Nuits magnétiques »). En 1978, il crée la revue Monsieur Bloom (six numéros jusqu'en 1981), puis fréquente l'atelier de la maison d’édition Orange Export Ltd. Il compose une mosaïque de textes (Caballero Hôtel, 1974 ; Construction d'une image, 1977 ; Jack-to-Jack1981 ; La Tentation de la sainteté, 1985) qui, entre recherche formelle et objectivisme lyrique, expriment nos pulsions de vie et de mort. Puis viennent des essais sur ses poètes tutélaires (Umberto Saba, 1989 ; Pierre Morhange, 1992 ; Jouve : l’homme grave, 2004 ; C’est nous les Modernes, 2010) et sur l’opéra (Les Grands Opéras de Mozart, 1989 ; Opera buffa, 1989) que le librettiste (Verlaine Paul de Georges Bœuf, 1996) affectionne. Les montagnes d'Engadine, Istanbul (Le Sultan d'Istamboul, 1991), l'Italie (les îles Borromées, Venise ; Trieste, 1985) et la Belgique (La Halte belge, 1994) dessinent sa géographie intime.

Atteint de la maladie de Parkinson, Franck Venaille entreprend La Descente de l’Escaut (1995), de la source à l’estuaire, privilégiant « les contre-allées » des chemins de halage, des docks et des bars : véhémente et nocturne, cette épopée lyrique d'un marcheur solitaire (en hommage à Verhaeren et Maeterlinck) refonde sa biographie dans la légende d'un Voyageur d'hiver et d'un poète devenu cheval de peine. Le fleuve et le paysage flamands deviennent alors son eau de baptême profane, sa terre de mort et renaissance. Narratifs et fantasmatiques, les cantos sinistrés des derniers recueils disloquent davantage encore le vers traditionnel par le jeu typographique et prosodique. La violence (Chaos, 2006), la nuit (Ça, 2009), la mort (Hourrah les morts ! 2003 ; C’est à dire, 2012), la guerre (La Bataille des éperons d’or, 2014), la maladie (Requiem de guerre, 2017), avec des flashs d'Italie, de mer du Nord, d'humour jaune ou de tendresse pudique, en déclinent la gamme Tragique (2001).

Récompensée par de nombreux prix (Goncourt de la poésie 2017), riche d'une trentaine d'ouvrages, l’œuvre de Franck Venaille, violente, sombre, transgressive et singulière, est une parole du désastre, un émouvant cri d’angoisse (Capitaine de l'angoisse animale, une anthologie 1966-1997, 1998), le témoignage incisif d'un corps souffrant, la partition postmoderne d’un Wanderer hanté d’illuminations funestes.

Franck Venaille est mort à Paris le 23 août 2018.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur agrégé, docteur en littérature française, écrivain

Classification

Autres références

«  VENAILLE FRANCK (1936-2018)  » est également traité dans :

HOURRA LES MORTS ! (F. Venaille)

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 942 mots

Dans le texte qui sert de préface à Capitaine de l'angoisse animale, l'anthologie parue en 1999 chez Obsidiane-Le temps qu'il fait, Franck Venaille se présente ainsi : « Son œuvre est un procès permanent à la vie et prend ses racines dans l'Éros, la violence, le ressentiment d'être né, une forme d'humour jaune de plus en plus prés […] Lire la suite

Pour citer l’article

Yves LECLAIR, « VENAILLE FRANCK - (1936-2018) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/franck-venaille/