ALGAROTTI FRANCESCO (1712-1764)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Venise d'une famille de riches commerçants (le titre de comte lui fut donné par le roi de Prusse), Francesco Algarotti incarne les tendances culturelles d'une classe qui aspire à l'hégémonie. Des études longues et variées l'initièrent aux lettres, aux sciences et aux arts plastiques. L'éclectisme que son œuvre reflète lui valut d'être qualifié avec mépris, au xixe siècle surtout, de polygraphe et de vulgarisateur. Il eût revendiqué ces étiquettes, lui qui appelait de ses vœux l'avènement en Italie du « siècle des réalités », la naissance d'un « poète philosophe » qui vengeât enfin les « martyrs de la raison », tel Galilée. Pour sa part, il acquit la célébrité en mettant à la portée d'un public habituellement voué aux lectures galantes les principes et la méthode de Newton, en quoi il voyait le fondement d'une pensée vraiment moderne (à opposer au cartésianisme) et la condition d'un renouveau de toute la culture, en écrivant Le Newtonisme pour les dames (Il Newtonianismo per le dame, 1737), dédié à Fontenelle, remanié sous le titre de Dialoghi sopra l'ottica neutoniana.

 Algarotti ne se contente pas d'un cosmopolitisme livresque. De 1735 à 1753, il parcourt l'Europe du sud au nord et d'ouest en est, ne rentrant en Italie que pour de brefs séjours et tenant auprès des souverains éclairés des emplois aussi variés, sinon plus, que ses compétences. Il fut de 1742 à 1746 le conseiller militaire d'Auguste III, électeur de Saxe, tout en se chargeant de constituer pour la Galerie de Dresde des collections d'œuvres d'art provenant d'Italie. De 1746 à 1753, il vécut à la cour de Frédéric II où il retrouva notamment Voltaire et Maupertuis. Ces voyages, les rencontres et les expériences dont ils furent l'occasion constituent la matière d'une œuvre abondante, coulée dans toutes les formes écrites que peut prendre l'échange ou la diffusion des idées : épîtres, essais, lettres, dialogues.

Cet Européen, qu'on accusait d'être le « courtisan de Potsdam » et d'écrire une langue défigurée de gallicismes, eut pourtant le souci, avant la lettre, de l'unité italienne. Il appelait les [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : agrégée de lettres, maître assistante de littérature comparée à l'université de Paris-III

Classification


Autres références

«  ALGAROTTI FRANCESCO (1712-1764)  » est également traité dans :

LODOLI fra CARLO (1690-1761)

  • Écrit par 
  • Marilù CANTELLI
  •  • 475 mots

Le principe d'une rationalité architectonique réduite au pur présent de l'architecture est énoncé pour la première fois par un théoricien vénitien, le moine Carlo Lodoli. Ses conceptions demeurèrent dans le seul univers du discours, mais elles constituèrent un précédent théorique notable dans le débat que l'illuminisme développa autour des problème […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lodoli-fra-carlo/#i_5663

Pour citer l’article

Valeria TASCA, « ALGAROTTI FRANCESCO - (1712-1764) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/francesco-algarotti/