WEIZMAN EZER (1924-2005)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme d'État israélien. Neveu de Chaïm Weizman (futur premier président d'Israël), Ezer Weizman s'engage dans la Royal Air Force pour lutter contre l'Axe. Il y acquiert une expérience qui fait de lui le chef de l'armée de l'air israélienne à la fin des années 1950, puis le chef des opérations de la guerre de Six Jours, en 1967. Weizman entre ensuite en politique et devient, en 1977, ministre de la Défense du gouvernement de Menahem Begin. Séduit par Anouar al-Sadate, il œuvre pour la paix et appuie les négociations de Camp David (1978), prenant même position contre la colonisation massive dans les territoires palestiniens. Ce qui l'amène à démissionner de son ministère en 1980 et à glisser vers la gauche, qui en fera à nouveau un ministre. En 1993, année des accords d'Oslo, Weizman est élu président de l'État d'Israël. Il freine la politique des conservateurs revenus au pouvoir ; réélu en 1998, il doit démissionner deux ans plus tard, sous la pression d'une affaire financière.

—  Universalis

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 1 page

Classification

Les derniers événements

10-31 juillet 2000 Israël. Élection de Moshe Katsav à la présidence

Ezer Weizman, président depuis mars 1998 et qui est impliqué dans un scandale financier révélé par la presse en janvier, démissionne, comme il l'avait annoncé en mai. Le 31, contre toute attente, la Knesset élit à la tête de l'État le député du Likoud et ancien ministre Moshe Katsav, au deuxième tour de scrutin, par 63 voix contre 57 en faveur de son […] Lire la suite

28 mai 2000 Israël. Annonce de la démission du président Ezer Weizman

Ezer Weizman annonce sa démission, qui doit prendre effet à la fin de la session parlementaire, le 10 juillet. Ezer Weizman est impliqué dans une affaire de corruption et de fraude fiscale qui a été révélée par la presse en janvier. À la suite de la remise, le 6 avril, des conclusions de l'enquête préliminaire réclamée par la justice, le conseiller […] Lire la suite

20-26 mars 2000 Vatican – Jordanie – Israël – Autorité palestinienne. Visite du pape Jean-Paul II en Terre sainte

Ezer Weizman, qui lui rappelle que la Ville sainte est la « capitale » d'Israël et qui insiste sur le fait que l'État hébreu a rendu l'accès libre aux lieux saints « pour toutes les religions ». Le 22, à Bethléem, dans les territoires palestiniens, Jean-Paul II déclare à Yasser Arafat, chef de l'Autorité palestinienne, que « personne ne peut ignorer […] Lire la suite

3-20 janvier 2000 Israël. Implication du président Ezer Weizman dans un scandale financier

Ezer Weizman aurait reçu 453 000 dollars, entre 1988 et 1993, de la part d'un ami, riche homme d'affaires français d'origine juive égyptienne. Le président Weizman dément que ces dons « strictement privés » puissent tomber sous le coup de la loi sur les cadeaux offerts aux personnalités politiques. Ce scandale est rapproché de l'affaire Ofer Nimrodi […] Lire la suite

21-29 juin 1998 Israël. Projet gouvernemental controversé du « Grand Jérusalem » et crise entre le chef de l'État et le Premier ministre

Ezer Weizman et Benyamin Nétanyahou éclate. Le chef de l'État, qui déplore l'isolement diplomatique croissant d'Israël, réclame des élections anticipées. Doté d'une simple autorité morale, il ne peut toutefois les imposer.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

« WEIZMAN EZER - (1924-2005) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ezer-weizman/