ÈVE NICOLAS (mort en 1581) & CLOVIS (mort en 1634)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Relieurs français. Nicolas Ève succède à Claude de Picques comme relieur du roi entre 1572 et 1578. La connaissance encore assez incertaine de son œuvre est fondée sur les reliures qu'il fit pour les Statuts et ordonnances de l'ordre du Saint-Esprit (ordre qui venait d'être fondé par Henri III) et pour lesquelles il reçut paiement en 1579. Exécutées en maroquin orangé, les plus ornées comportent des « semés » de flammes, avec les armes et le chiffre du roi. Elles établissent le modèle d'un des décors les plus employés au xviie siècle.

Son fils, Clovis Ève, actif de 1584 à 1634, fut le relieur de Henri III, de Henri IV et de Louis XIII. Il disposa des deux séries de fers et d'armes gravées en 1579 et en 1583 par Philippe Damphrie, graveur général des monnaies du roi. Ce sont des indices essentiels pour l'identification de sa production. Il fut l'un de ceux qui assurèrent la vogue du décor à semé (on citera, par exemple, les reliures pour les membres de l'ordre du Saint-Esprit, aux armes de Henri IV, de Louis XIII). Il est l'auteur des étonnantes reliures à emblèmes macabres (squelettes, cercueils, têtes de mort) faites pour la Compagnie des confrères de la Mort, créée par Henri III et qui regroupait un petit nombre de pénitents de stricte observance. On a attribué trop généreusement à Clovis Ève un grand nombre de reliures à la fanfare, dues en fait à plusieurs ateliers. Des pièces sûres (fanfares aux armes de Henri III), ainsi qu'une vingtaine d'autres identifiées par les fers, permettent d'y reconnaître l'expression accomplie des modèles prédominants plus que la mise en œuvre d'un style original. La longue carrière de Clovis Ève marque la transition entre les grands relieurs de la Renaissance et les maîtres de la période classique (Le Gascon, F. Badier).

—  Jean TOULET

Écrit par :

Classification


Autres références

«  ÈVE NICOLAS (mort en 1581) & CLOVIS (mort en 1634)  » est également traité dans :

RELIURE

  • Écrit par 
  • Pascal FULACHER, 
  • Jacques GUIGNARD
  •  • 8 857 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le classicisme »  : […] ou de deux fers, connaissent une grande vogue ; beaucoup sont l'œuvre du relieur du roi, Clovis Eve. Un autre style consiste en un motif central et en des écoinçons en quart de cercle (reliures à l'éventail). Le décor le plus dépouillé comporte un double encadrement rectangulaire de trois filets dorés avec fleurons d'angle et, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reliure/#i_39331

Pour citer l’article

Jean TOULET, « ÈVE NICOLAS (mort en 1581) & CLOVIS (mort en 1634) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/eve-nicolas-et-clovis/