VARLIN EUGÈNE (1839-1871)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né dans une famille de paysans pauvres, Eugène Varlin entre en apprentissage chez un oncle relieur. Devenu ouvrier relieur, il découvre Proudhon, le lit ardemment, et participe, dès 1857, à la fondation des sociétés de secours mutuel. Très vite, il s'oppose au mutuellisme réformiste que Tolain croyait pouvoir tirer de Proudhon et préconise un collectivisme antitotalitaire. En 1864 et 1865, il anime la grève des relieurs et la mène à bonne fin. Il fonde alors la Société d'épargne et de crédit mutuel des relieurs, dont il est élu président. En 1865, il adhère à l'Internationale, collabore à la Tribune ouvrière et est délégué au Congrès de Londres (1865) et à celui de Genève (1866). En 1868, il fonde le restaurant coopératif La Marmite, dirige le second bureau parisien de l'Internationale et est condamné à trois mois de prison. En 1869, il crée la Caisse du sou, pour soutenir les ouvriers grévistes. Dans Le Travail du 16 septembre 1869 il préconise, s'inspirant de Proudhon, que « le salariat soit remplacé par la Fédération des travailleurs libres ». Mais il s'éloigne de plus en plus des vues proudhoniennes, s'il refuse tout État centralisateur et autoritaire, et semble suivre sur ce point Bakounine. Varlin affirme que la révolution politique n'est rien sans la révolution sociale mais qu'on ne peut rien « comme réforme sociale si le vieil État politique n'est pas anéanti ». En 1868, au IVe congrès de l'Internationale, il préconise, contre les mutuellistes représentés notamment par Tolain et contre les marxistes, « la libre disposition par les travailleurs eux-mêmes de leur instrument de travail ». Après avoir créé de nouvelles sociétés ouvrières en province, et les avoir fédérées sur le plan local, il parvient, dès 1869, à créer à Paris l'Union de toutes les organisations syndicales. En 1870, il constitue des sections de l'Internationale à Lyon, au Creusot et à Lille. Poursuivi en fin 1870, il fuit en Belgique. Varlin jouit alors d'une énorme popularité auprès des ouvriers. À la chute de l'Empire, il est nommé délég [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur ès lettres, ès sciences économiques, docteur en droit, professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne, directeur du Centre d'études et de recherches pour le développement intégré

Classification


Autres références

«  VARLIN EUGÈNE (1839-1871)  » est également traité dans :

COMMUNE DE PARIS

  • Écrit par 
  • Édith THOMAS
  •  • 6 469 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les communards »  : […] le peintre Courbet, l'écrivain Jules Vallès, le savant Gustave Flourens ; d'admirables figures d'ouvriers, comme Varlin ou Benoît Malon ; de vieux républicains, comme Delescluze qui mourut en héros sur les barricades ; mais aussi des rhéteurs vaniteux et sans scrupules, comme Félix Pyat, qu'on a pu appeler « le mauvais génie de la Commune », des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/commune-de-paris-1871/#i_15914

Pour citer l’article

Jean BANCAL, « VARLIN EUGÈNE - (1839-1871) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/eugene-varlin/