WELTY EUDORA (1909-2001)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Courte et dense comme un texte poétique, l'œuvre d'Eudora Welty franchira les âges parce qu'elle prend racine dans la tradition américaine qui ne cesse d'inventer et d'innover. Au-delà de la coloration régionale qui séduit les lecteurs, cette œuvre expérimentale est la matrice de l'écriture postmoderne aux États-Unis, et marque l'avènement d'une littérature libérée du poids de la culpabilité et des clichés sur le Sud.

Eudora Welty aime à dire qu'elle est née un 13 avril comme Thomas Jefferson, père fondateur de la démocratie américaine, et fait de cette coïncidence le signe de son engagement d'écrivain américain. « J'ai toujours dénoncé l'injustice », écrit-elle dans Must the Novelist Crusade ?, un essai paru en 1965 au plus fort du Mouvement pour les droits civiques, à propos desquels elle récuse l'exploitation idéologique et polémique qui nuit à l'exigence esthétique et à la portée universelle du message. Elle écrit l'indignation et la douleur des luttes fratricides dans deux des plus belles nouvelles sur le mouvement des droits civiques : Where Is the Voice Coming From ? (1963) et The Demonstrators (1966), et assume la totalité de l'héritage américain avec Powerhouse (1941) dont la forme s'inspire du jazz, affirmant ainsi superbement que celui-ci représente la grande contribution de l'Amérique à l'art du xxe siècle.

Née en 1909 à Jackson, dans le Mississippi, Eudora Welty, auteur de nouvelles, de romans et d'essais sur l'écriture, apprend le goût de l'aventure intellectuelle et la force du langage qui fonde les rapports humains dans une famille cultivée où le racisme n'a pas cours, venue de l'Ohio et de la Virginie de l'Ouest. Ses études supérieures dans le Wisconsin puis à New York, où elle obtient un diplôme dans la discipline nouvelle qu'est la publicité, lui ouvrent le champ de la modernité. New York restera pour Welty le lieu fertile de l'expérience audacieuse, où, lors de multiples séjours elle viendra se ressourcer. Au temps de sa jeunesse, les spectacles de théâtre et de music-hall, qu'elle fréquentait assidûment, comme les expositions de peinture, lui apprirent sa technique, tandis que le début de la Dépression lui donnait accès à cette autre Amérique qui allait devenir son sujet de prédilection. Dès lors, l'écrivain poursuit cette découverte de l'autre grâce à son premier emploi pour la Works Progress Administration (W.P.A.), mise en place par le New Deal de Roosevelt, qui la conduit dans les coins reculés du Mississippi, où elle entreprend de photographier Noirs et petits Blancs avec la passion de percer les secrets de l'âme sans céder à la mise en scène idéologique des photographes de la W.P.A. Pour son esprit curieux et sa sensibilité avide de l'instant où se révèle la profondeur de l'homme, ces deux années furent une autre chance, et la frustration qu'elles entraînèrent poussa Welty vers l'écriture, lorsqu'elle fut convaincue que seul le pouvoir des mots pourrait rendre la complexité et le mystère de l'être humain.

La qualité de l'intelligence vaut celle de l'âme. De là une œuvre lucide mais chaleureuse, ironique mais adoucie par l'humour. Le regard de Welty décape l'apparence, met en scène le spectacle, s'en délecte et s'en moque. Le ton de son œuvre est fait de ces émotions contradictoires : rire au bord des larmes, détachement retenu, colère contenue, et tendresse où se mêlent courage et tristesse, un entre-deux délicat à la manière des nouvelles de Tchekhov avec qui Welty se reconnaît des affinités, celles-là mêmes qui unissent l'âme russe à celle du Sud des États-Unis.

Welty excelle dans la nouvelle, qui devient expérimentation pure. Ses quatre recueils, qui ont inspiré des écrivains du monde entier, représentent son apport à la littérature ; par le biais des jeux complexes d'une écriture réflexive en avance sur le postmodernisme. Faire de Welty un écrivain régionaliste est réducteur, car elle écrit moins sur le Sud qu'avec lui – un Sud devenu matière, pâte du texte qu'elle travaille à la manière d'une toile d'avant-garde, déconstruisant, épurant, et tendant tout au long de son œuvre vers l'abstraction. Comme elle l'écrit dans son recueil d'essais, The Eye of the Story (1977), de l'effet dépend le sens, l'invention technique renouvelle les thèmes, ce fonds commun où puisent les écrivains, puisque l'innovation seule est la marque des grands artistes.

Dès le premier recueil, A Curtain of Green (1941, L'Homme pétrifié), thèmes et expériences techniques sont prése [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  WELTY EUDORA (1909-2001)  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Marc CHÉNETIER, 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yves-Charles GRANDJEAT, 
  • Jean-Pierre MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉTILLON, 
  • Bernard POLI, 
  • Claudine RAYNAUD, 
  • Jacques ROUBAUD
  •  • 40 208 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Écrire après Faulkner »  : […] La présence de Faulkner constitua pour les autres écrivains un problème que Flannery O'Connor devait un jour résumer avec son humour habituel : « Personne n'a envie de s'aventurer avec son petit chariot couvert et sa pauvre mule sur la voie ferrée où le Dixie Limited déboule à grand fracas. » C'est moins vrai pour des écrivains qui sont presque de la même génération, comme Robert Penn Warren ou T […] Lire la suite

Pour citer l’article

Danièle PITAVY-SOUQUES, « WELTY EUDORA - (1909-2001) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/eudora-welty/