ERIC CARL ERICSON dit (1891-1958)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils d'un marchand de whisky de l'Illinois, Carl Ericson s'est formé aux disciplines artistiques à l'École d'art de Chicago. Ses premiers dessins, assez conventionnels, sont influencés par l'enseignement académique ; ces illustrations au style clair et efficace répondent aux désirs des chefs d'entreprise de l'époque qui commandent affiches et documents publicitaires. Au bout de douze années il rompt avec cette carrière et s'établit à New York (1914).

Ses aquarelles séduisent l'équipe de Vogue, et à partir de 1916 commence une longue collaboration entre l'artiste et le magazine. Dans un premier temps c'est sa femme, Lee Creelman Ericson, qui, en tant qu'illustratrice de mode, enregistre le plus de succès. Ses silhouettes longilignes font merveille lorsqu'il s'agit d'illustrer les robes tubulaires des années vingt. Le couple vit quelques années à Paris et bénéficie de commandes pour Vogue, La Gazette du bon ton...

Les activités d'Eric pour Vogue américain s'intensifient à partir de 1927 ; il deviendra peu à peu le meilleur artiste de l'équipe américaine de Vogue, tandis que l'équipe française compte des artistes comme Pagès, Bouët-Willaumez. Les illustrations d'Eric pour Vogue, auxquelles la couleur (introduite en 1929) ajoute une grande séduction, acquièrent une liberté, une maîtrise indéniable : inspiré par Von Dongen, par Matisse, il développe un style elliptique et néanmoins explicite, sachant privilégier sans hésitation les détails ou les accessoires qui font le chic d'un modèle.

Observateur aigu de ses contemporains, Eric donne non seulement des vignettes de mode, mais aussi des compositions amusantes ayant pour thèmes les circonstances de la vie mondaine : dîner dans un grand hôtel, réunion hippique... Il y évoque, d'un crayon alerte, les silhouettes des mondains, des viveurs, des grandes dames blasées, aux physionomies expressives et très typées, et les scènes qu'il retrace restituent le tohu-bohu et l'animation des réunions de la haute société, sans négliger le message de mode qui les justifient, comme telle scène hippique accompagnée du commentaire « Chevaux fringants, vestes rouges, prairies vallonnées. Tout ce qui ne serait pas du tweed superbe serait absolument déplacé dans cette campagne américaine. »

Séjournant essentiellement à Paris jusqu'en 1939, il y perfectionne son style. Bientôt en situation de concurrence avec Bouët-Willaumez, il se distingue par son talent incisif et adopte l'humour désinvolte et les tenues du parfait dandy, qui font de lui un personnage très fêté. Dessinant ordinairement debout, sur un bloc de papier posé sur un chevalet, Eric développe un style brillant, accrocheur et très graphique, qui souligne ce que l'élégance a d'intense, de fragile. Cette sophistication exemplaire influencera, avant et après la guerre, toute une génération d'illustrateurs.

Fuyant l'invasion de la France par les Allemands, Eric se réfugie à Bordeaux puis se rend à New York où il poursuit avec succès ses activités pour Vogue.

Ses habitudes de bon vivant, son goût pour la fête et la bohème ayant altéré grandement sa santé, ses travaux pour Vogue deviennent plus rares, alors même que son style fait école. Il donne encore pour Vogue des illustrations au trait elliptique, comme telle silhouette féminine, esquissée en superposition au dessin d'un champ de courses, qui, d'une main, retient son chapeau, ou telle jeune femme en jupe écossaise de Schiaparelli (1948). À cette époque son coup de crayon accuse les contrastes, souligne les contours et les angles. Il a institué l'habitude d'introduire dans les illustrations de mode un embryon de scène de séduction : une femme idéale, épanouie, admirativement contemplée par une ou plusieurs silhouettes masculines légèrement tracées ; cet artifice de mise en scène est, pour les lectrices, une promesse de succès si elles commandent le modèle représenté.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Les derniers événements

16-21 mai 2022 France. Nomination d'Élisabeth Borne au poste de Premier ministre.

Bruno Le Maire reste à la tête du ministère de l’Économie et des Finances, Gérald Darmanin à l’Intérieur et Éric Dupond-Moretti à la Justice. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale constitue la principale rupture avec le cabinet précédent. Par ailleurs, Catherine Colonna est nommée à l’Europe et aux Affaires étrangères, Sébastien Lecornu aux Armées, Brigitte Bourguignon à la Santé, Olivier Dussopt au Travail. […] Lire la suite

11 mai 2022 France. Arrêts de la Cour de cassation dans deux affaires liées à la campagne #BalanceTonPorc.

La Cour de cassation rejette les pourvois formés par l’ancien ministre Pierre Joxe et par l’ancien directeur général de la chaîne Equidia Éric Brion contre les arrêts de la cour d’appel de Paris relaxant de l’accusation de diffamation leurs accusatrices respectives dans le cadre de la campagne #BalanceTonPorc menée après l’affaire Harvey Weinstein. […] Lire la suite

10-24 avril 2022 France. Réélection du président Emmanuel Macron.

Les autres candidats enregistrent des scores nettement inférieurs : Éric Zemmour (Reconquête !), 7,07 % ; Valérie Pécresse (LR), 4,78 % ; Yannick Jadot (EE-LV), 4,63 % ; Jean Lassalle (Résistons !), 3,13 % ; Fabien Roussel (PCF), 2,28 % ; Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France), 2,06 % ; Anne Hidalgo (PS), 1,75 % ; Philippe Poutou (NPA), 0,77 % ; Nathalie Arthaud (LO), 0,56 %. […] Lire la suite

2-7 mars 2022 France. Validation des candidatures à l'élection présidentielle d'avril.

Le 7, le Conseil constitutionnel présente la liste des douze candidats retenus en vue de l’élection présidentielle : Nathalie Arthaud (Lutte ouvrière), Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France), Anne Hidalgo (PS), Yannick Jadot (EE-LV), Jean Lassalle (Résistons !), Marine Le Pen (RN), Emmanuel Macron (LRM), Jean-Luc Mélenchon (LFI), Valérie Pécresse (LR), Philippe Poutou (Nouveau Parti anticapitaliste), Fabien Roussel (PCF) et Éric Zemmour (Reconquête !). […] Lire la suite

24 janvier-11 février 2022 Suisse. Procès des militants de la ZAD du Mormont.

Le 27, la présidente du Parti socialiste vaudois et députée Jessica Jaccoud publie sur le site d’information Blick une chronique qui dénonce le « camouflet » imposé dans ce procès au procureur général Éric Cottier, dont elle attend qu’il « révoque immédiatement les ordonnances pénales qui pèsent sur les dizaines d’autres militants » poursuivis. « Un vent de fraîcheur est vivement attendu », conclut-elle dans la perspective de la prochaine fin de mandat d’Éric Cottier, « ancien du Parti radical » qu’elle accuse de s’être «  contenté pendant son règne de poursuivre une politique répressive : enquêter et enfermer ! » Le 31, Éric Cottier adresse un courrier à l’ensemble des membres du Grand Conseil vaudois pour dénoncer une violation du principe de la séparation des pouvoirs et défendre son action. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Guillaume GARNIER, « ERIC CARL ERICSON dit (1891-1958) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/eric/