ÉPIDOTES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ainsi nommées (du grec épidosis, accroissement) pour rappeler que les sections transversales des cristaux sont souvent parallélépipédiques, les épidotes forment un vaste groupe d'espèces minérales, se différenciant par leur composition chimique et le type de cristallisation. Ce sont des sub-sorosilicates, c'est-à-dire qu'en plus du doublet de tétraèdres silice-oxygène, de formule [Si2O7]6—, caractéristiques des sorosilicates vrais, ils possèdent des îlots [SiO4], ainsi que des ions oxygène, non liés à du silicium mais se trouvant au sommet d'octaèdres AlO6 et AlO4 (OH)2. Ces derniers s'associent en chaînes, liées entre elles par les groupements [Si2O7] et [SiO4].

L'épidote, de formule chimique [(Si2O7) (SiO4)] O (OH) Al2Ca2 (Al, Fe3+), est monoclinique ; elle porte le nom de zoïsite (orthorhombique) ou de clinozoïsite (monoclinique) quand il n'y a pas de fer. Tous ces minéraux se présentent parfois sous des formes fibreuses, massives ou granulaires, mais le plus souvent en prismes allongés, aux faces profondément striées, transparents ou opaques, d'éclat résineux à nacré et d'une couleur variant du vert-jaune au vert pistache, plus rarement jaune, brune, noire ou rouge clair.

La piémontite, monoclinique, est une épidote manganésifère (de 5 à 15 p. 100 de Mn) de couleur rouge-brun à rouge très foncé.

L'allanite, monoclinique, est riche en terres rares trivalentes se substituant au calcium, pour compenser le déficit dû au remplacement total de Al par Fe2+.

La tawmanite est une variété chromifère qui prend des teintes vert profond.

Les épidotes et les zoïsites apparaissent, dans des roches riches en calcium, au cours d'un métamorphisme régional faible (chloritoschistes à albite et actinote provenant de marnes, ou épidiorites provenant de roches basiques) ou par métamorphisme de contact faible (cornéenne à albite et épidote). Par action hydrothermale, les plagioclases calciques peuvent se transformer en épidotes : c'est le phénomène de saussuritisation. Enfin, l'allanite des granites, granodiorites et pegmatites ainsi que la piémontite du porphyre rouge antique peuvent avoir une origine magmatique.

—  Michel GIBERT

Écrit par :

Classification


Autres références

«  ÉPIDOTES  » est également traité dans :

SILICATES

  • Écrit par 
  • Jean WYART
  •  • 8 500 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Les sorosilicates »  : […] Les sorosilicates les plus simples, du point de vue structural sont ceux qui comportent le groupe Si 2 O 7 de deux tétraèdres SiO 4 associés par un sommet, et que l'on a appelé diorthosilicates ou encore pyrosilicates . Avec le silicate de scandium Sc 2 Si 2 O 7 , la thorveitite , on peut citer : les minéraux du groupe de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/silicates/#i_48672

Pour citer l’article

Michel GIBERT, « ÉPIDOTES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/epidotes/