ELSSLER FRANZISKA dite FANNY (1810-1884)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Danseuse autrichienne, née à Gumpendorf, près de Vienne. Fille du copiste et confident de Joseph Haydn, Fanny Elssler ne sera pas une danseuse enfermée dans les milieux du spectacle (elle sera la maîtresse du duc de Reichstadt ; voir L'Aiglon d'Edmond Rostand !).

Elle étudie la danse avec Aumer, avant de débuter à Vienne au théâtre de la Porte de Corinthe. Elle se produit ensuite en Allemagne, en Italie et en Angleterre avec sa sœur Thérèse (1808-1876), qui, très grande, lui sert de partenaire. Elle est engagée en 1834 à l'Opéra de Paris, où elle danse La Tempête en 1834, Don Juan et Le Diable boiteux en 1836 ; dans ce dernier spectacle elle excelle comme danseuse-mime et acquiert une immense popularité en y interprétant la cachucha : « Fanny Elssler est une danseuse païenne [...]. Elle danse de tout son corps, depuis la pointe des cheveux jusqu'à la pointe des orteils [...]. Ce n'est pas la grâce aérienne et virginale de Taglioni, c'est quelque chose de beaucoup plus humain, qui s'adresse plus vivement aux sens [...]. Au bout de ses doigts vermeils tremblent des castagnettes d'ébène. La voilà qui s'avance, elle semble secouer de ses mains des grappes de rythmes. Comme elle se tord, comme elle se plie, quel feu, quelle volupté, quelle ardeur, ses bras pâmés s'agitent autour de sa tête qui penche, son corps se courbe en arrière, ses blanches épaules ont presque effleuré le sol. Quel geste charmant ! Ne diriez-vous pas qu'avec cette main qui rase l'éblouissant cordon de la rampe, elle ramasse tous les désirs et tout l'enthousiasme de la salle ? » (T. Gautier, Les Beautés de l'Opéra). Après ce triomphe, Fanny Elssler se rend à Vienne en 1837, et rentre à Paris dans le courant de l'été, pour danser devant la cour à Compiègne. Le 22 octobre 1838, elle provoque un scandale à l'Opéra de Paris, lors de la reprise du rôle interprété par Taglioni dans La Fille du Danube ; Gautier, présent, semble avoir préféré la nouvelle interprète à l'ancienne, mais tout le monde n'était pas du même avis : « Comme danseuse, Mlle Elssler possède la forc [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ELSSLER FRANZISKA dite FANNY (1810-1884)  » est également traité dans :

BALLET

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Pierre LARTIGUE
  •  • 12 645 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Les jolies mortes : « La Sylphide », « Giselle » »  : […] Les conditions historiques seront pourtant bientôt réunies pour une renaissance profonde du ballet. La Révolution et l'Empire ont passé. Sous l'influence croissante d'une Église qui empêche les paysans de danser et qui fait fermer l'Opéra de Paris, la Restauration favorise l'apparition d'un nouveau type de danseuse. Certes, Geneviève Gosselin était […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ballet/#i_14975

Pour citer l’article

Jane PATRIE, « ELSSLER FRANZISKA dite FANNY - (1810-1884) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/elssler-franziska-dite-fanny/