ÉGYPTE ANCIENNE : TRANSACTIONS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un conte du xie siècle avant notre ère écrit sur papyrus nous rapporte les aventures d'un certain Oun-Amon : cet homme se rend au Liban pour s'y procurer du bois destiné à construire pour son dieu une barque d'apparat ; il emporte avec lui des jarres et des sacs remplis d'or devant lui permettre d'effectuer les transactions nécessaires. Des fresques antérieures à cette époque montrent déjà des marchands se servant de poids et de balances ; on suppose alors que les objets qui sont pesés sont des anneaux d'or utilisés pour faciliter les échanges.

Daté du début du IIIe millénaire, un acte de vente à un scribe d'une maison pour un prix de 10 châts (étalon prémonétaire se présentant sous la forme d'un anneau d'or) témoigne de l'usage plus tardif de l'acte de vente.

L'Égypte conservera pour ses échanges l'habitude d'utiliser des lingots (ou des mini-lingots) de métal précieux. Elle ne connaîtra une monnaie qui lui soit propre, au nom de ses souverains, qu'à partir du ive siècle avant notre ère, au contact du monde grec et surtout de ses mercenaires.

—  François REBUFFAT

Écrit par :

  • : professeur d'histoire et d'archéologie grecques à l'université de Nice

Classification

Pour citer l’article

François REBUFFAT, « ÉGYPTE ANCIENNE : TRANSACTIONS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/egypte-ancienne-transactions/