Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ÉCHELLE STRATIGRAPHIQUE

La Terre telle qu'elle est aujourd'hui représente la dernière image d'un film que le géologue cherche à reconstituer à partir de données essentiellement fragmentaires, d'autant plus incomplètes qu'elles sont anciennes. La stratigraphie – étymologiquement, la description des couches de terrain, encore appelées strates – étudie l'agencement, dans le temps et l'espace, des terrains et des événements enregistrés afin d'aboutir à une reconstitution de l'histoire de la Terre. Cette discipline est donc fondamentalement confrontée à la notion de temps qui est généralement représentée par une échelle : l'échelle stratigraphique.

La notion du temps en sciences de la Terre

Dans le domaine des sciences de la Terre, le temps n'est pas directement accessible et mesurable. Il ne peut être appréhendé qu'au travers de traces (des restes d'organismes, par exemple) qui l'ont « fossilisé ». La plupart d'entre elles n'ont pas de signification temporelle en elles-mêmes mais elles peuvent en acquérir grâce à leur position par rapport à d'autres. Au-delà de la trace conservée, l'objet fossilisé correspond à un événement (remontée du niveau marin, par exemple), c'est-à-dire à un processus qui a eu lieu à un certain moment (aspect chronologique) et avec une certaine durée. Il faut donc essayer d'atteindre le temps à travers une série complexe, un ensemble quadridimensionnel puisqu'il s'agit d'une forme structurée dans l'espace (x, y et z) qui a une histoire, la quatrième dimension étant celle du temps. Il s'agit, en général, de couches de terrains, parfois regroupées en « formations », et de toutes les données qu'elles renferment (géométriques, chimiques, biologiques, etc.).

Le temps englobe trois concepts fondamentaux : la simultanéité, la succession et la durée. Dans le temps géologique écoulé, il importe de déterminer si deux événements sont synchrones. Pour cela, le géologue fait appel à la corrélation stratigraphique qui consiste à comparer les couches entre elles et à y établir des liens. On peut aller plus loin en ordonnant les différents événements afin de constituer une succession chronologique : c'est l'échelle stratigraphique. Un aspect quantitatif s'ajoute à cette notion, celui de la durée : il ne peut être apprécié que si une évaluation est possible, par exemple à partir de plusieurs événements. La connaissance de la durée est indispensable pour une approche phénoménologique de la géologie telle que la transformation de roches, la formation de plis ou de chevauchements, les transformations successives d'espèces, etc. Pendant longtemps, deux approches du temps presque opposées ont prévalu. L'une tendait à sous-évaluer les durées ; elle impliquait alors des phénomènes catastrophiques. L'autre introduisait une sorte de mythique « facteur temps » qui était censé résoudre tous les problèmes. Ce n'est qu'avec la radiochronologie, fondée sur des rapports isotopiques d'éléments et qui s'est développée dans les années 1950, que la notion de durée a pu être évaluée et les âges chiffrés.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur émérite, Muséum national d'histoire naturelle, Paris

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • CONTINENTALES SÉRIES

    • Écrit par Jean-Claude PLAZIAT
    • 1 044 mots

    Les séries géologiques continentales impliquent une grande stabilité des conditions de dépôt continentales, mais en même temps un enfoncement plus ou moins continu nécessaire au piégeage des sédiments provenant des secteurs érodés voisins. Sur les plates-formes épicontinentales d'Europe occidentale,...

  • MURCHISON sir RODERICK IMPEY (1792-1871)

    • Écrit par Patrick DE WEVER
    • 1 097 mots
    • 1 média

    Un des principaux géologues et géographes britanniques du xixᵉ siècle, Roderick Impey Murchison est connu pour avoir été le premier à décrire le Silurien, une subdivision majeure de l'échelle des temps géologiques pour le Primaire (aujourd’hui Paléozoïque).

  • PALÉOZOÏQUE ou ÈRE PRIMAIRE

    • Écrit par Alain BLIECK
    • 10 646 mots
    • 9 médias
    Au cours des xixe et xxe siècles, la méthode qui a permis d'élaborer l'échelle stratigraphique était fondée sur la succession d'étages définis à partir de leur stratotype, c'est-à-dire à partir de leur coupe géologique type. Ainsi en est-il par exemple du Gédinnien (de Gedinne en Belgique),...
  • QUATERNAIRE

    • Écrit par Maurice TAÏEB
    • 1 084 mots

    Le terme quaternaire a été créé en 1829 par le géologue français Jules Desnoyers pour décrire les formations les plus récentes du bassin de Paris. Il représente la période de temps la plus récente et la plus courte de l'échelle stratigraphique. Il est essentiellement caractérisé par...

  • Afficher les 7 références

Voir aussi