ELAZAR DAVID (1925-1976)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

David Elazar, chef d'état-major de l'armée israélienne, était originaire de Yougoslavie comme son prédécesseur et ami d'enfance le général Bar Lev. Né à Sarajevo dans une famille dont les ancêtres venaient d'Espagne, il partit à l'âge de quinze ans pour vivre en Palestine dans un kibboutz du mouvement Hashomer Hatzaïr, d'imprégnation marxiste.

En 1946, n'obtenant pas de son kibboutz l'autorisation de s'engager dans les corps francs d'avant-garde du Palmach, il le quitta pour se consacrer totalement à la vie militaire, dont il allait gravir tous les échelons. Lors de la guerre d'indépendance de 1948, il est le plus jeune commandant du Palmach. Il est blessé dans les combats acharnés qui se déroulent à Jérusalem. Après la victoire, il entreprend des études universitaires à Jérusalem et dirige peu après le département de stratégie à l'état-major. Réputé pour sa ténacité, qui lui valut le surnom de « Bouledogue », il devient le spécialiste de l'emploi des blindés face aux méthodes de combat soviétiques auxquelles recourt l'adversaire arabe. En l'absence d'une « profondeur stratégique israélienne », Elazar résumait sa doctrine militaire en prônant la nécessité d'une permanente offensive. C'est ainsi que, général commandant du front nord dans la guerre de Six Jours, il fait capituler l'armée jordanienne en Samarie pour diriger, aussitôt après, l'assaut des hauteurs du Golan contre l'armée syrienne.

Le 1er janvier 1972, il succède à son ami le général Bar Lev comme neuvième chef d'état-major de l'armée israélienne. Investi de la responsabilité militaire suprême pendant la guerre d'Octobre, il subit des revers initiaux, tout en organisant la contre-offensive qui devait aboutir successivement au retrait syrien sur le plateau du Golan et à la traversée du canal de Suez par l'armée israélienne.

Malgré cette victoire, la commission Agranat, dirigée par le président de la Cour suprême en vue d'enquêter sur les « négligences » et le manque de préparation du pays à la veille de l'offensive ennemie, con [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : professeur, sociologue, directeur du service de documentation du centre de documentation Israël-Moyen-Orient

Classification

Pour citer l’article

Kurt Henri NIEDERMAIER, « ELAZAR DAVID - (1925-1976) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/david-elazar/