DANS LA FOULE (L. Mauvignier)Fiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est avec Loin d'eux – un roman sur l'incommunicabilité, le non-dit et ses cicatrices, publié aux éditions de Minuit – que Laurent Mauvignier est entré en littérature en 1999. L'année suivante, Apprendre à finir est à son tour salué par la critique, qui l'inscrit dans une mouvance qui, depuis les années 1950, se veut dans la filiation de William Faulkner et Nathalie Sarraute, entre autres. Laurent Mauvignier donne la prééminence à la forme ; il se situe plutôt du côté des « dynamiteurs » de la narration que des écrivains de l'imaginaire.

L'écrivain est né à Tours en 1967. Il écrit depuis l'enfance, enchaîne les romans : « aussitôt finis, aussitôt relus, aussitôt jetés. Je n'ai rien gardé, je n'ai pas de regrets », a-t-il confié à Jean-Baptiste Harang (Libération, 21 septembre 2000). Il a toujours craint de s'engager dans la voie littéraire, a tourné longtemps autour du problème, avant de sauter le pas. Et son entrée dans le monde littéraire a été plutôt réussie, lui permettant de trouver son public presque immédiatement. Trente ans après les remises en cause formelles du Nouveau Roman, l'univers de Mauvignier allait de soi, beau certes, mais gagnant en consensus ce qu'il perdait en force de rupture. Il reçut le prix du Livre Inter pour Apprendre à finir, qui connut un tirage exceptionnel de 100 000 exemplaires.

Les premières interventions de Laurent Mauvignier sont souvent empreintes de ce discours sur l'écriture qui a marqué la seconde moitié du xxe siècle. On y retrouve ce qu'on pourrait caractériser comme une attitude postflaubertienne face à la littérature, avec pour corrélats une peur du réel, et la recherche d'une littérature pure. Pour son sixième livre, Dans la foule (Minuit, 2006), il a rompu avec cet univers replié sur lui-même pour s'ouvrir au réel et à l'histoire. Tout son roman est construit en trois temps sur un événement qui appartient à la mémoire collective : à savoir « cette chose qui est arrivée, cette chose que l'Europe entière a vue en croyant ne pas la voir ». Ce que les journaux ont baptisé au lendemain du 29 mai 1985 « le drame du Heysel », des centaines de millions de téléspectateurs y ont assisté en direct. Quant aux témoins sur place, ils en garderont toute leur vie le traumatisme. Au cours de la finale de la Coupe d'Europe des clubs champions entre les Reds de Liverpool et la Juventus de Turin, à Bruxelles, la barbarie est entrée dans le monde du football. Les stades avaient déjà connu le fascisme, accueilli le spectre de la déportation et de la Shoah – pensons à W ou le Souvenir d'enfance de Georges Perec, à l'Allemagne et au Chili. Ici, en guise de « match du siècle » on découvrit l'horreur : des hooligans tentèrent de prendre d'assaut la tribune Z où se trouvaient les spectateurs italiens. On connaît la suite : trente-neuf morts et de nombreux blessés, écrasés par le béton, piétinés par la foule, les bagarres entre tifosi et Anglais, l'incompétence des autorités. Comble du cynisme : le match fut quand même joué.

Dans la foule raconte ce drame en partant de personnages venus des quatre coins de l'Europe, participer à une fête du football et soutenir leurs équipes. Deux Français, Jeff et Tonino, un jeune couple italien en voyage de noces à Bruxelles, Tana et Francesco, l'Anglais Geoff Anderson et ses frères, deux Belges, Gabriel et Virginie. C'est d'abord le temps des copains, le moment carnavalesque des avant-matchs largement arrosés de bière, sur fond de fanfaronnades multicolores et de klaxons. Puis la charge animale des hooligans, la mort de Francesco, l'horrible à l'état pur, la peur panique : « Je ne veux pas entendre les cris, mais devant nous, il y a trop de monde, ça n'avance plus, ça ne bouge plus, ils se sont arrêtés et retournés – pris au piège d'un mur, d'une grille et de l'autre côté vers le haut, c'est la horde, la meute qui dégringole sur nous ». La suite est de l'ordre de la survie… Le roman s'achève des années plus tard avec le procès et le récit des destins croisés des rescapés.

Laurent Mauvignier pose un regard générationnel sur cet événement : « nous n'avons pas fait l'expérience de la guerre, nous avons vu le monde par les images, c'est tout ». Le Heysel – comme le sera à la puissance n l'attentat du 11 sept [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Les derniers événements

4-29 mai 2022 Israël. Mort par balle d'une journaliste d'Al-Jazira

Le 13, la police israélienne intervient lors des funérailles de Shireen Abu Akleh à Jérusalem, chargeant la foule venue assister au transport du cercueil de l’hôpital Saint-Joseph vers la Vieille Ville. Elle affirme avoir réagi à des chants qualifiés de « provocations nationalistes ». Une foule nombreuse accompagne le cortège. Le 26, Al-Jazira annonce son intention de saisir la Cour pénale internationale (CPI) pour « crime de guerre » au sujet de la mort de Shireen Abu Akleh, alors que les investigations menées par le procureur général palestinien Akram al-Khatib, ainsi que par divers organes de presse accréditent la thèse d’une responsabilité israélienne. […] Lire la suite

26 janvier 2022 France. Reconnaissance par le président Emmanuel Macron des « drames » vécus par les rapatriés.

Emmanuel Macron qualifie notamment de « massacre impardonnable pour la République » la fusillade de la rue d’Isly, à Alger, en mars 1962, lorsqu’une unité de l’armée avait ouvert le feu sur la foule qui manifestait « son attachement à l’Algérie française ». En octobre 2021, le chef de l’État avait qualifié de « crimes inexcusables pour la République » le massacre de manifestants algériens par la police française, à Paris, le 17 octobre 1961. […] Lire la suite

25 février - 18 mars 2021 Arménie. Limogeage du chef d'état-major.

Il se mêle à la foule des quelque vingt mille personnes qui se rassemblent le jour même dans les rues d’Erevan, annonçant « la fin du velours » – allusion à la « révolution de velours » qui l’a conduit au pouvoir en mai 2018. L’opposition réclame la destitution de Nikol Pachinian depuis que celui-ci a signé, en novembre 2020, l’accord mettant fin aux hostilités dans le Haut-Karabakh et consacrant la défaite de l’armée arménienne face aux forces azerbaïdjanaises. […] Lire la suite

1er-22 janvier 2021 États-Unis. Assaut du Capitole et investiture du président Joe Biden.

La foule est évacuée dans la soirée. Le bilan de l’émeute s’élève à cinq morts, dont un policier. Le Congrès reprend sa séance et proclame la victoire de Joe Biden. De son côté, Donald Trump finit par promettre une « transition ordonnée », tout en continuant à réfuter sa défaite électorale. Ces événements feront apparaître une ligne de fracture au sein du Parti républicain dont de nombreux responsables prendront leur distance avec Donald Trump. […] Lire la suite

16-24 avril 2020 Brésil. Limogeage du ministre de la Santé et démission du ministre de la Justice.

Partisan d’une application stricte des mesures de protection contre la Covid-19 préconisées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), celui-ci réclamait une « parole unifiée » de l’État sur le sujet, alors que le président nie la gravité de l’épidémie et continue de prendre des bains de foule. Le remplaçant de Luiz Henrique Mandetta, Nelson Teich, exprime le souhait d’un retour rapide à « une vie normale ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Didier WAGNEUR, « DANS LA FOULE (L. Mauvignier) - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/dans-la-foule/