DENNETT DANIEL C. (1942- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les philosophes tentent de déterminer depuis des siècles la nature de la conscience, mais la question du rapport entre le corps et l'esprit continue de susciter de vifs débats à la fin du xxe siècle. Le philosophe Dan Dennett, responsable du centre d'études cognitives de l'université Tufts, à Medford (Massachusetts), est un spécialiste de ce sujet controversé. Depuis les années 1960, il défend une position matérialiste qui tend à réduire l'esprit à l'ensemble des mécanismes cérébraux.

Fils d'un diplomate spécialiste de l'histoire islamique et d'une éditrice-enseignante, Daniel Clement Dennett naît le 28 mars 1942, à Boston. Après avoir passé une licence de philosophie à Harvard en 1963, il part étudier cette même discipline à Oxford, auprès de l'Anglais Gilbert Ryle. C'est durant cette période que Dennett s'intéresse à la conscience et rédige sa première thèse sur le sujet ; il publiera ensuite ce texte sous le titre Content and Consciousness (1969). Il obtient son doctorat en 1965, puis rentre aux États-Unis afin d'enseigner à l'université de Californie, à Irvine. En 1971, il rejoint l'université Tufts, où il sera nommé professeur éminent d'arts et de sciences.

Initialement formé à la tradition philosophique, Daniel Dennett est à l'aise dans les domaines de l'intelligence artificielle, des neurosciences et de la psychologie cognitive. Autodidacte dans ces disciplines, il en vient à penser que le débat philosophique sur l'esprit ne peut progresser que s'il s'appuie sur les travaux de la science. En raison de cette approche, reflet du scepticisme qu'il manifeste à l'égard des méthodes traditionnelles dont disposent les philosophes, Dennett défend aux yeux de ses confrères des positions radicales. Sa stratégie transdisciplinaire se diffusera cependant chez les philosophes à mesure que les scientifiques réuniront des informations de plus en plus nombreuses sur les mécanismes cérébraux.

En 1996, Dennett travaille avec une équipe du Massachusetts Institute of Technology qui tente de construire un robot intelligent, voire conscient, baptisé Cog. Il continue également à écrire et publie ainsi, au cours de sa carrière, divers ouvrages qui développent ses thèses sur la conscience. Consciousness Explained (1991, La Conscience expliquée) et Darwin's Dangerous Idea : evolution and the meanings of life (1995, Darwin est-il dangereux ? L'évolution et les sens de la vie) s'intéressent ainsi la manière dont le processus de la sélection naturelle peut nous éclairer sur l'évolution du cerveau et de la conscience humaine. Kinds of Minds : towards an Understanding of Consciousness (1996, La Diversité des esprits. Une approche de la conscience) continue d'explorer ce thème et, selon Dennett, de démystifier ces phénomènes liés à la pensée. Le philosophe a poursuivi sa réflexion avec Freedom Evolves (Théorie évolutionniste de la liberté, 2003), Sweet Dreams. Philosophical Obstacles to a Science of Consciousness (De beaux rêves. Obstacles philosophiques à une science de la conscience, 2005) et Neuroscience and Philosophy : Brain, Mind, and Language, avec Maxwell Bennett, Peter Hacker et John Searle (2007).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Mary Jane FRIEDRICH, « DENNETT DANIEL C. (1942- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 octobre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/daniel-c-dennett/