MARECHERA DAMBUZO (1952-1987)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le romancier zimbabwéen Dambudzo Marechera retint l'attention de la critique avec le recueil de nouvelles The House of Hunger (1978, La Maison de la faim), puissant récit de la vie dans son pays, alors placé sous le joug de l'autorité blanche.

Dambudzo Marechera naît en 1952 dans le township de Vengere, à Rusape, en Rhodésie du Sud (auj. au Zimbabwe), et grandit dans la pauvreté. Rejetant son milieu familial, il adopte un mode de vie de plus en plus autodestructeur. Étudiant à l'université de Rhodésie, il est exclu après avoir participé à une manifestation revendiquant de meilleurs salaires pour les employés noirs de l'institution. Il obtient une bourse pour le New College d'Oxford, mais est renvoyé en 1977 pour avoir tenté, sous l'emprise de l'alcool, d'incendier les locaux. Alors qu'il réside toujours en Angleterre, il écrit The House of Hunger, surnom qu'il donne à son pays. Malgré la reconnaissance que lui vaut la publication de ce livre auprès de la critique et du public, Marechera conserve un comportement perturbateur et recherchant la confrontation. En 1980 paraît son roman Black Sunlight. Moins bien accueilli que l'ouvrage précédent, ce récit explosif et chaotique utilisant la technique du stream of consciousness évoque l'engagement d'un journaliste-photographe dans une organisation révolutionnaire. Marechera rentre au Zimbabwe en 1981 ; sa santé physique et mentale est profondément détériorée, et il se retrouve souvent sans abri. Mindblast, or the Definitive Buddy (1984), dernier recueil publié de son vivant, rassemble quatre pièces de théâtre, un récit en prose, des poèmes et une partie du journal qu'il a écrit à Harare. Les éditeurs refusent de publier le roman « The Depths of Diamonds » taxé d'obscénité. L'état de santé de l'écrivain se dégrade, et Dambudzo Marechera meurt des suites du sida le 18 août 1987 dans la capitale du Zimbabwe, à l'âge de trente-cinq ans. Flora Veit-Wild publie certaines de ses œuvres à titre posthume, notamment The Black Insider (1990), Cemetery of Mind (1992), puissant recueil de poèmes, ainsi que Scrapiron Blues (1994), qui réunit des nouvelles, des pièces de théâtre et un court roman.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  MARECHERA DAMBUZO (1952-1987)  » est également traité dans :

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Littératures

  • Écrit par 
  • Jean DERIVE, 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Michel LABAN
  •  • 16 604 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Littératures d'Afrique anglophone »  : […] Le prix Nobel décerné en 1986 à l'écrivain nigérian Wole Soyinka a certainement contribué à la reconnaissance internationale de l'excellence des littératures africaines, et en particulier de la vitalité de celles d'Afrique anglophone, longtemps éclipsées par le bruit fait autour de la négritude. En effet, l'Afrique anglophone, peut-être plus pragmatique, s'était d'abord manifestée par la plume d'h […] Lire la suite

Pour citer l’article

« MARECHERA DAMBUZO - (1952-1987) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dambuzo-marechera/