CORSET, histoire du costume

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Depuis la Renaissance, le costume féminin n'a acquis les formes caractéristiques de ses différentes phases stylistiques que grâce à des infrastructures invisibles placées sous le vêtement, qui modèlent la silhouette. Au xvie siècle, le corsage se sépare de la jupe, les deux pièces formant la robe dont les éléments deviennent alors matériellement indépendants les uns des autres. Le corps de la femme est désormais conçu comme un assemblage dont chacune des parties peut être soumise au caprice de la mode, à la volonté de corriger la nature selon des canons esthétiques variables. Basquine au xvie siècle, corps piqué ou à baleines aux xviie et xviiie siècles, le corset au xixe siècle répondent tous à la définition de la Grande Encyclopédie de Diderot et d'Alembert (1751) : « Vêtement qui se met immédiatement par-dessus la chemise et qui embrasse seulement le tronc depuis les épaules jusqu'aux hanches [...]. Il ne doit pas altérer la forme du corps. » En fait, il affine la taille, comprimant et relevant la poitrine.

La basquine, qui vient d'Espagne, et le corset à busc, d'origine italienne (xvie s.), sont constitués d'un tissu épais consolidé par une forte armature interne, en bois, en métal ou en fanons de baleine. Le busc frontal, qui assure par son renfort la rigidité de l'ensemble, est parfois en matériau précieux : ivoire gravé, bois travaillé ou métal. Le corps est un cône rigide, auquel le torse, enfantin ou féminin, doit s'adapter. La silhouette qu'il dessine oppose la raideur plus ou moins décolletée de la partie supérieure du corps au ballonnement des jupes.

Le goût du retour à l'Antique néo-classique puis la Révolution allongent les lignes, la taille se perd et le corset disparaît. Il réapparaît sous la Restauration jusqu'à son bannissement par le couturier Paul Poiret vers 1910. Le corset est baleiné sur toutes les coutures et fortement lacé derrière. Vers 1830, le souci anatomique apparaît avec les goussets disposés pour soutenir la poitrine et arrondir les hanches. Il ne subit plus que des variations minimes : accentuation de la silhouette plantureuse du second Empire, véritable cuirasse de 1875 à 1880 et de 1900 jusqu'à son abandon.

Sa fabrication se distingue dès l'origine par une haute technicité. Elle est donc confiée aux hommes. Le traité de F. A. de Garsault, Les Tailleurs de corps de femmes et d'enfants (1769), détaille dans l'esprit de l'Encyclopédie les principes de l'art. Au xixe siècle, la suppression des corporations et une nouvelle conception de la pudeur réserve le métier aux femmes, avant l'industrialisation et la démocratisation de la mode par la confection. L'armature en osier puis en fanons de baleine est remplacée par des lames d'acier, plus souples, plus solides et moins chères, qui conservent le nom de baleines. Le xixe siècle est l'âge d'or du corset. Article élégant et soigné, donc relativement onéreux, il est diffusé par les grands magasins. À Paris, après 1870, plus de 3 500 ouvrières le confectionnent, plus de 1 000 à Londres, sans compter les aciéries de Birmingham ou de Sheffield, fournisseurs de rivets, œillets, buscs et autres pièces métalliques. Agent et objet de publicité, il représente un véritable enjeu économique : en une vingtaine d'années, plus de soixante-dix brevets sont pris à son sujet en France. Pierre angulaire dont dépend tout l'édifice du costume féminin, le corset est une question récurrente tout au long du siècle. Plus qu'un sous-vêtement, il véhicule érotisme et fétichisme ; son aspect coercitif et orthopédique en fait le sujet favori des hygiénistes, représentants d'un pouvoir médical qui s'érige dans un siècle positiviste. Si leurs opinions sont contradictoires, ils se trouvent d'accord sur le fait que les femmes et les enfants, créatures faibles par nature, ont besoin d'un tuteur : le corset. À la débilité physique se joint la vulnérabilité morale, à la correction des corps, le corset allie la correction des âmes. Car la maîtrise de soi passe par celle de son corps. La déchéance tant physique que morale rôde à l'arrière-plan, et le discours eugéniste apparaît au grand jour après la défaite de 1870. Les exhortations des moralistes ne varient pas depuis l'Antiquité et se confondent avec les discours sur la coquetterie. Mais les outrances dans le laçage du corset et la finesse extrême de la taille que cela entraîne (celles de Polaire, de Cléo de Mérode ou d'Élisabeth d'Autriche étaient célèbres en leur temps) sont indénia [...]

Usine de corsets en Angleterre

Photographie : Usine de corsets en Angleterre

Dans cette usine en Angleterre, les corsets sont tout d'abord montés et lacés sur des mannequins. Photographie en noir et blanc, 1939. 

Crédits : Humphrey Spender/ Picture Post/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Usine de corsets en Angleterre

Usine de corsets en Angleterre
Crédits : Humphrey Spender/ Picture Post/ Getty Images

photographie

Silhouette redessinée

Silhouette redessinée
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  CORSET, histoire du costume  » est également traité dans :

CORSET - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Farid CHENOUNE
  •  • 190 mots

1870 4 000 corsetières à Paris.1889 Herminie Cadolle présente son premier « corselet-gorge » à l'Exposition universelle.1904 Le mot « soutien-gorge » entre dans le dictionnaire Larousse.1905 Parlant à son ami Jacques Rivière de jeunes femmes dont il trouve la mise « trop confortable, trop courte, tr […] Lire la suite

CRINOLINE, histoire du costume

  • Écrit par 
  • Renée DAVRAY-PIÉKOLEK
  •  • 947 mots
  •  • 2 médias

La spécificité du costume occidental réside dans l'évolution et la transformation continuelle de la silhouette, tant masculine que féminine. Bien que la tendance générale soit toujours à l'allongement de la silhouette par l'accentuation des verticales, certaines périodes privilégient des lignes qui s'éloignent absolument des formes naturelles. Alors que les vêtements masculins semblent rester dans […] Lire la suite

ROBE SANS CORSET (P. Poiret)

  • Écrit par 
  • Farid CHENOUNE
  •  • 204 mots

Vers 1907, à Paris, Paul Poiret innove en montant ses robes d'inspiration Directoire, à la taille sous les seins, sur une haute ceinture intérieure, un gros-grain légèrement baleiné, qui évite de porter un corset tout en tenant le vêtement en place. Cette innovation fera date. Ce geste abolitionniste (dont Poiret se proclamera après coup le héros) est la traduction dans la mode d'un courant, plus […] Lire la suite

Pour citer l’article

Renée DAVRAY-PIÉKOLEK, « CORSET, histoire du costume », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/corset-histoire-du-costume/