CONSUL, Rome

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les deux consuls occupent la plus haute magistrature de Rome. Héritiers des rois, ils ont repris leurs pouvoirs : ils possèdent l'imperium domi et militiae (commandement civil et militaire), la potestas (capacité d'intimer des ordres), ils peuvent réunir le Sénat et le peuple, intervenir en justice (coercitio) et prendre les auspices (ils interprètent les avis des dieux en observant le vol des oiseaux). Ils sont cependant soumis aux mêmes contraintes que celles qui pèsent sur les autres magistrats : ils constituent un collège (de deux membres), et leur charge, qui est aussi un honneur, est soumise à l'élection par les comices centuriates ; elle est annuelle, mais l'itération immédiate (renouvellement du pouvoir) est interdite. Leurs privilèges expriment la « majesté » du peuple romain : ils sont précédés par douze licteurs qui tiennent des faisceaux, portent une toge prétexte et possèdent un siège « curule » ; ils donnent leurs noms à l'année (on dit que tel événement s'est passé « sous le consulat de X et de Y »). En cas de crise, le Sénat leur remet tout le pouvoir par le sénatus-consulte ultime (« Que les consuls veillent à ce que l'État ne souffre aucun dommage ») ; ils peuvent alors nommer un dictateur. Si un consul « ordinaire » meurt en poste, il est remplacé par un « suffect ». Après son année de charge, le magistrat peut conserver son pouvoir, mais il l'exerce alors en province (c'est un imperium maius), et il porte le titre de proconsul.

Sous l'Empire, le souverain confisque à son profit tous les pouvoirs réels. Mais les titres restent, sont très recherchés, et les épithètes se multiplient (consul désigné, ordinaire, ancien consul ou consulaire, et nombreux consuls suffects, désignés tout au long de l'année). La magistrature suprême est alors réduite au rang d'une légion d'honneur.

—  Yann LE BOHEC

Écrit par :

Classification


Autres références

«  CONSUL, Rome  » est également traité dans :

AUGUSTE CAÏUS JULIUS CAESAR OCTAVIANUS AUGUSTUS ou OCTAVE (63 av. J.-C. - 14 apr. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Claude NICOLET
  •  • 6 059 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les pouvoirs d'Auguste »  : […] D'abord, le prince est imperator  ; il l'est en quelque sorte par droit d'héritage, parce qu'il est fils de César, et il porte ce titre comme un prénom qui fait partie de son état civil (depuis 29 av. J.-C.). Mais il l'est aussi parce qu'il a reçu, en 28 sans doute, un imperium total sur toutes les armées romaines (comme il l'avait, en 32, sur celles de l'Occident). Il joint donc au pouvoir consu […] Lire la suite

CURSUS HONORUM

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MARTIN
  •  • 382 mots

La notion légale de cursus honorum , ordre hiérarchisé des magistratures électives permettant l'accès au Sénat, apparut à Rome en ~ 180. Jusqu'alors, un citoyen pouvait briguer n'importe quelle magistrature sans avoir rempli les autres. Quand le Sénat désira contrôler les carrières pour empêcher les favoris de la foule d'arriver directement aux plus hautes charges, il fit voter la lex Villia  : la […] Lire la suite

ITALIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel BALARD, 
  • Paul GUICHONNET, 
  • Jean-Marie MARTIN, 
  • Jean-Louis MIÈGE, 
  • Paul PETIT
  •  • 27 438 mots
  •  • 42 médias

Dans le chapitre « La République romaine »  : […] Divers points sont encore l'objet de discussions. L'expulsion des Tarquins ne résulterait pas d'une révolution intérieure, mais serait « un épisode du vaste conflit qui mettait aux prises dans le Latium des coalitions militaires rivales » (J. Heurgon). C'est Porsenna, roi tyran de Chiusi, qui aurait chassé Tarquin en prenant la ville (ce que la tradition a pieusement dissimulé), qu'il entraîna da […] Lire la suite

LOIS LICINIO-SEXTIENNES

  • Écrit par 
  • Xavier LAPRAY
  •  • 243 mots

Les lois licinio-sextiennes, en ouvrant l'accès aux charges publiques, mettent fin au conflit qui opposait à Rome le patriciat à la plèbe depuis près d'un siècle. Jusqu'alors, l'exercice du pouvoir était en effet confisqué par le patriciat – groupe d'anciennes et puissantes familles qui siégeaient au Sénat – aux dépens du reste du peuple – la plèbe. Pour mettre fin à ce monopole, deux tribuns de l […] Lire la suite

QUESTEUR

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MARTIN
  •  • 250 mots

En ~ 447, devant la multiplication des tâches auxquelles avaient à faire face les consuls, fut créé le collège des questeurs. De deux, leur nombre passa à quatre, à huit, à vingt sous Sylla, à quarante sous César, avant de revenir à vingt au début du principat. Leurs fonctions étaient avant tout financières ; élus par les comices tributes, deux d'entre eux (les questeurs urbains) possédaient les c […] Lire la suite

ROME ET EMPIRE ROMAIN - La République

  • Écrit par 
  • Raymond BLOCH
  •  • 10 921 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'élaboration de la Constitution républicaine »  : […] L'absolutisme ayant disparu, l'esprit pragmatique des Romains les amène à créer une série de pouvoirs destinés à s'équilibrer tout en assurant une efficacité maximale à l'action nécessaire de l'État. Magistrats d'inégale importance, Sénat, assemblées du peuple se répartissaient les pouvoirs exécutif, judiciaire et législatif. Ainsi se dessinèrent les traits d'une Constitution républicaine d'essen […] Lire la suite

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Le Haut-Empire

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC, 
  • Paul PETIT
  •  • 35 194 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « L'administration territoriale »  : […] La justice est donc largement rendue au niveau local : c'est le goût des Romains et la médiocrité des moyens de communication qui imposent une décentralisation qui se retrouve évidemment dans le domaine de l'administration territoriale. La ville de Rome, « capitale » du monde, a conservé ses institutions traditionnelles. On ne peut certes pas dire, pour les raisons déjà exposées, que les comices […] Lire la suite

VETO, institution romaine

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 219 mots

Sous la République romaine, deux consuls occupent ensemble la première magistrature de l'État : le consulat. Il est possible à l'un des consuls de refuser une mesure prise par son collègue : le droit d' intercessio ou de veto a toujours force de loi et ne peut être supprimé. Mais ce droit est surtout une arme particulièrement redoutable entre les mains des tribuns de la plèbe qui peuvent s'oppos […] Lire la suite

Pour citer l’article

Yann LE BOHEC, « CONSUL, Rome », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/consul-rome/