DAUPHIN CLAUDE (1903-1978)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né dans un milieu frotté d'intellectualisme (sa famille fréquentait Mallarmé à Valvins), Claude Legrand (qui devait devenir Dauphin pour le spectacle) était le fils de Franc-Nohain, fantaisiste fin-de-siècle, et le frère de l'infatigable animateur de radio Jean Nohain. Toutefois, il n'a fait qu'obéir à sa vocation propre en débutant au théâtre, comme décorateur et costumier de l'Odéon, à moins de vingt ans (1922).

C'est seulement en 1930 qu'il tient son premier rôle, dans Langrevin père et fils, l'une des ultimes comédies de Tristan Bernard. Un charme et une gentillesse à fleur de peau, qu'une voix légèrement nasillarde (mais parfaitement posée) souligne plutôt qu'elle ne gâte, vont lui valoir une carrière éblouissante à la scène. Il est à la fois romantique et cynique, nerveusement présent dans ses rôles et un peu en retrait de ses personnages, grâce à une ironie de type anglo-saxon. Il crée à la suite d'Espoir (1934) quantité de pièces de Bernstein au Gymnase, dans l'emploi de séducteur, et un peu plus tard Les Jours heureux de Claude-André Puget, Am-Stram-Gram (1941) et Une grande fille toute simple (1942) d'André Roussin.

Le cinéma l'a appelé d'abord pour reprendre son rôle de Langrevin (Jean de Limur, 1930). Il y transporte certaines facilités boulevardières, mais il y apprend l'art d'un jeu en demi-teintes, qui convient à son tempérament profond. Ses films les plus notables sont, à la veille de la guerre : Entrée des artistes (Marc Allégret, 1938), Battements de cœur (Henri Decoin, 1939), Menaces (Edmond Gréville, 1939) et Cavalcade d'amour (Raymond Bernard, 1939).

Après l'armistice, il poursuit en zone libre sa double carrière. Mais, après Félicie Nanteuil (Marc Allégret, réalisé en 1942, sorti en salles en 1945), film où se marque son évolution vers des rôles plus dramatiques, il profite d'un tournage en Suisse pour rejoindre les F.F.I., et il sera parmi les éléments adjoints à la division Leclerc qui libéreront Paris. Décoré pour sa bravoure, l'acteur se retrouve sans emploi [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Gérard LEGRAND, « DAUPHIN CLAUDE - (1903-1978) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-dauphin/