CITÉ, iconologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'iconologie de la cité, ou son iconographie rendue interprétative, situe les représentations de villes à l'intérieur d'un propos plus général, d'ordre théologique, politique ou scientifique ; elles sont alors soit les plans possibles pour une démonstration discursive (villes imaginaires, cités idéales), soit les figures possibles pour produire un espace « analogue » (plans des cités réelles).

Au contact de l'Orient, à l'occasion des expéditions en Terre sainte (croisades, pèlerinages), naissent la cartographie et la planimétrie médiévales. Mais il ne peut s'agir encore de représentations cartographiques au sens moderne. Les « Itinéraires » et « Mappae mundi », qui ne seront véritablement illustrés qu'au xiiie siècle (Itinéraire de Londres à Jérusalem, de Mathieu, Paris, 1252), appartiennent au savoir scolastique et rhétorique (art de la mémoire). La civilisation du Moyen Âge, en effet, n'est pas urbaine. Ses représentations de villes, liées à une vision théocentrique du monde, sont des « images », parties d'un récit d'ordre initiatique plus que géographique : idéogrammes (formes et couleurs codent l'architecture mais ne la copient pas) et symboles (le cercle, image céleste, pour décrire à la fois le Monde et la Ville sainte). C'est dans cet esprit que s'inscrivent encore les Cosmographies, qui répètent la même image d'un panorama pour représenter des villes différentes (Liber cronicarum de Hartmann Schedel, 1493).

À partir du xve siècle, le bouleversement des connaissances, opéré par la Renaissance italienne, entraîne une vision anthropocentrique du monde et l'émergence d'une civilisation urbaine. Le décloisonnement des savoirs et l'apparition de nouveaux outils (la perspective) déterminent de nouvelles formes de représentations étroitement liées à l'architecture, qui se répartissent en deux catégories. La première, d'ordre théorique, en relation avec la pensée hermétique qui domine la philosophie de la Renaissance, est celle des « Cités idéales » des traités d'architecture (Filarète [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Michel RAYNAUD, « CITÉ, iconologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cite-iconologie/