BOTEV CHRISTO (1848-1876)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrivain révolutionnaire et voïvode bulgare, Christo Botev est né à Kalofer et mort à Yolkovitsa (près de Vratsa, dans les montagnes du nord-ouest de la Bulgarie) en combattant contre les Turcs à la tête d'une troupe de volontaires bulgares venus de Roumanie. Les années 1863-1866 qu'il passa à Odessa lui permirent de s'initier à la littérature révolutionnaire de l'époque. Après un bref séjour en Bessarabie, puis dans sa ville natale, il gagna la Roumanie, grand centre d'émigrés bulgares, où il arriva en octobre 1867 et où il demeura jusqu'à la veille de sa mort, réduit parfois à une extrême misère, emprisonné même en 1872 à cause de ses relations compromettantes avec des révolutionnaires russes et roumains, représentant au sein du Comité central révolutionnaire bulgare de Bucarest les tendances les plus avancées de l'émigration bulgare, qui à partir de 1875 l'emportèrent sur les tendances plus modérées de Lioubène Karavélov. C'est dans le dur climat de ces quelque neuf années vécues en Roumanie que Botev publia à peu près toute son œuvre de journaliste et de poète.

Le révolutionnaire

Comme Rakovski et Karavélov, Botev est un écrivain révolutionnaire de la renaissance bulgare. À la vieille idée d'une émancipation par la culture, qui fut celle des pionniers de cette renaissance, ces écrivains substituent le programme hardi d'une émancipation par la lutte armée, réclamant pour le peuple bulgare la libération politique, dont la première condition était de secouer le joug presque cinq fois séculaire des Turcs. Toutefois Botev est moins systématiquement turcophobe que Karavélov et moins hostile au peuple turc qu'il ne l'est au régime de contrainte que les Turcs avaient institué et à l'ordre social périmé sur lequel ce régime reposait. Comme Karavélov, Botev est violemment anticlérical, et, plus nettement encore que lui, antireligieux. L'idéologie politique et sociale de Botev est surtout inspirée des révolutionnaires russes Dobrolioubov, Tchernychevski, Herzen, et de Proudhon. Le Credo de Botev, rédigé en 1871, est très proche de l'idéal de la Commune de Paris, à laquelle [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur honoraire à l'Institut national des langues et civilisations orientales, docteur ès lettres

Classification


Autres références

«  BOTEV CHRISTO (1848-1876)  » est également traité dans :

BULGARIE

  • Écrit par 
  • Roger BERNARD, 
  • André BLANC, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Nadia CHRISTOPHOROV, 
  • Jack FEUILLET, 
  • Vladimir KOSTOV, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Robert PHILIPPOT
  •  • 26 974 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Une génération de révolutionnaires »  : […] La plupart des pionniers de la renaissance bulgare avaient mis, comme nous l'avons vu, l'accent sur deux problèmes fondamentaux : l'instruction du peuple bulgare en sa langue et la création d'une Église bulgare indépendante. Mais leur programme, avant même d'avoir été pleinement réalisé, était jugé insuffisant et dépassé dès les environs de 1860 par une génération nouvelle de révolutionnaires, qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bulgarie/#i_12427

Voir aussi

Pour citer l’article

Roger BERNARD, « BOTEV CHRISTO - (1848-1876) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/christo-botev/