CHIEN DE PRAIRIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Rongeur au corps massif, à l'allure d'une petite marmotte, vivant en vastes colonies et dont le cri d'alarme est proche de l'aboiement. Répartition géographique : ouest et centre des États-Unis, nord du Mexique. Habitat : prairies et steppes. Classe : Mammifères ; ordre : Rongeurs ; famille : Sciuridés.

Les chiens de prairie, représentés par cinq espèces (genre Cynomys), sont des animaux aux oreilles et à la queue courtes, qui présentent un pelage de couleur crème à brun roux maculé de blanc sous le ventre. Comme tous les rongeurs, ils ne possèdent pas de canines ; leurs deux paires d'incisives (supérieure et inférieure) poussent continuellement et s'usent en rongeant. Les pouces des membres antérieurs sont munis d'une très longue griffe. La taille des chiens de prairie est d'environ 35 centimètres, queue comprise ; leur poids se situe entre 500 grammes et 1,5 kilogramme et varie fortement en fonction des saisons. Leur espérance de vie est de l'ordre de cinq ans.

Chien de prairie

Chien de prairie

Photographie

Apparentés aux écureuils, les chiens de prairie (Cynomys ludovicianus) creusent, dans les grandes plaines nord-américaines, des réseaux de galeries de plusieurs kilomètres, que se partagent plusieurs familles ou «coteries». Les jeunes sortent de leur chambre souterraine vers l'âge d'un mois... 

Crédits : Gary Vestal/ The Image Bank/ Getty Images

Afficher

Herbivores, ils se nourrissent principalement de graminées, mais aussi de racines, de bulbes, de fruits, voire d'insectes.

Après une gestation de quatre semaines, les femelles mettent bas une fois par an (entre mars et mai) dans un nid souterrain garni d'herbes sèches. Elles peuvent avoir jusqu'à dix petits par portée qui naissent nus et aveugles. Ceux-ci seront sevrés à un mois et demi mais non chassés par le groupe. Fait remarquable pour des rongeurs, les mâles et les femelles s'occupent des petits.

Les chiens de prairie forment de vastes colonies, comprenant parfois des milliers d'individus, au sein desquelles ils vivent en groupes sociaux ou coteries. Ils creusent de profonds terriers (de 1 à 5 mètres de profondeur) prolongés par des galeries communiquant entre elles. Ce réseau de communications souterrain s'apparente à celui d'une ville ; il comporte même un système de ventilation puisque deux types d'issues, l'une basse, l'autre haute, relient les habitacles souterrains. L'air vicié ressort par pression au niveau de la sort [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CHIEN DE PRAIRIE  » est également traité dans :

RONGEURS ET LAGOMORPHES

  • Écrit par 
  • Robert MANARANCHE, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ
  •  • 2 880 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Les Sciuromorphes »  : […] Le sous-ordre des Sciuromorphes comporte, à côté des écureuils , arboricoles et terrestres, les marmottes , les castors et des Rongeurs très primitifs, les aplodontes, vulgairement appelés castors de montagne et localisés dans les régions montagneuses de l'ouest de l'Amérique du Nord. Toutes ces formes recèlent bien des traits primitifs déjà présents chez leurs ancêtres de l'Éocène. Il est possibl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rongeurs-et-lagomorphes/#i_85486

Pour citer l’article

Marie-Claude BOMSEL, « CHIEN DE PRAIRIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/chien-de-prairie/