CHI LI (1957- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La romancière Chi Li est née le 21 janvier 1957, à Wuhan, dans la province du Hubei. Elle appartient au courant « néo-réaliste » apparu en Chine dans les années 1980, auquel la critique rattache également Fang Fang, Liu Heng et Liu Zhenyun.

Venue au monde peu avant le Grand Bond en avant et les trois années de famine qui ont suivi, Chi Li sortait de l’enfance quand la révolution culturelle a commencé. Affligée d’une mauvaise origine de classe – son père, un militaire, bien qu’issu d’une famille de paysans pauvres et cadre du Parti communiste, va faire l’objet de critiques et sera emprisonné ; quant à sa mère, médecin et fille de médecin, elle ne peut qu’être suspecte –, Chi Li est alors soumise aux vicissitudes qui furent le lot de tous ceux qui partagèrent son infortune. En septembre 1974, au terme de ses études secondaires, et à l’instar de tous les « jeunes instruits » de l’époque, elle est envoyée à la campagne afin d’y être éduquée par les paysans. Elle se retrouve dans la plaine qui sépare la rivière Han du Yangzi Jiang, au cœur de la province du Hubei. Pendant six mois elle cultivera la terre avant d’être mutée en qualité d’institutrice dans l’école de la brigade où elle a été affectée. Elle ne rentre en ville qu’en décembre 1976, et entreprend des études de médecine au département de santé publique de l’Institut de médecine de la métallurgie de Wuhan. Elle a bénéficié d’une disposition qui permettait à certains « jeunes instruits » jugés méritants d’accéder à l’Université, s’ils étaient recommandés par les « masses » de leur unité et si cette recommandation était avalisée par les différents échelons hiérarchiques concernés. En revanche, c’est à son corps défendant qu’elle s’est engagée dans la voie médicale, le choix de la discipline ne lui ayant pas été laissé. Une fois son diplôme obtenu, en 1979, Chi Li exercera pendant trois ans, à la Compagnie sidérurgique de Wuhan, au service épidémiologique, jusqu’à ce que l’occasion s’offre à elle de changer d’orientation professionnelle. En 1983, elle parvient à s’inscrire à [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales, directrice de l'équipe ASIES
  • : professeur à l'université de Bordeaux-III-Michel-de-Montaigne, responsable du département d'études chinoises, directeur du Centre d'études et de recherches sur l'Extrême-Orient

Classification


Autres références

«  CHI LI (1957- )  » est également traité dans :

CHINOISE (CIVILISATION) - La littérature

  • Écrit par 
  • Paul DEMIÉVILLE, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Yves HERVOUET, 
  • François JULLIEN, 
  • Angel PINO, 
  • Isabelle RABUT
  •  • 45 738 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Littérature des racines », avant-garde et néo-réalisme »  : […] La critique réagit à ces phénomènes nouveaux en forgeant des concepts qui, souvent, masquent des contiguïtés. La notion de « littérature à la recherche des racines » ( xungen wenxue ) émerge d'un colloque tenu à Hangzhou en décembre 1984 et qui réunissait des écrivains, des critiques et des universitaires. Elle prend acte de la naissance de tout un courant littéraire où la ré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-la-litterature/#i_55557

Pour citer l’article

Isabelle RABUT, Angel PINO, « CHI LI (1957- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/chi/