SECRÉTAN CHARLES (1815-1895)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né et mort à Lausanne, où il enseigna pendant de longues années, Charles Secrétan suscita en Suisse un mouvement de réflexion religieuse qui constitua un véritable « Réveil » et qui, fondé sur le concept de « raison chrétienne », s'opposait, d'une part, au rationalisme libéral, voué, selon le philosophe, à la dérive panthéiste, d'autre part, au fidéisme de la pure autorité dogmatique. Après des études juridiques, Secrétan fut l'assistant d'Alexandre Vinet à Bâle (1835) ; il se tourna alors vers la métaphysique et suivit, à Munich, les cours de Schelling, dont il devait reprendre certaines intuitions dans son œuvre. Il fonda en 1837 la Revue suisse et fut nommé, l'année suivante, professeur à l'Académie de Lausanne. Révoqué en 1845, lors de la révolution vaudoise, il enseigna, à partir de 1850, au collège de Neuchâtel et, en 1866, reprit possession de sa chaire à Lausanne.

La « métaphysique » de Secrétan est une interprétation du christianisme, un essai de philosophie chrétienne ou de prédication philosophique de la foi. Son œuvre principale, Philosophie de la liberté (1848-1849), oppose à la raison païenne la « raison chrétienne » : « Nous ne pensons point que la raison naturelle eût prédit ces choses [la chute et la rédemption] avant l'événement ; mais nous pensons qu'après l'événement et sa proclamation dans l'Église, la raison chrétienne doit chercher à les entendre et qu'elle peut y parvenir. » Secrétan récuse l'idée d'un Dieu intrinsèquement nécessaire, laquelle, selon lui, ne peut conduire qu'au panthéisme ; il repousse de même celle d'un être naturellement parfait, pour fonder tout son système sur l'absolue liberté de Dieu, « libre vis-à-vis de sa liberté même ». Ainsi seulement peut-on arriver à la contingence de la création, notamment à celle de l'homme, créature qui a le pouvoir de se constituer en elle-même indépendamment de Dieu. C'est par la chute seule, en effet, que l'état actuel du monde paraît compatible avec l'existence d'un Dieu aimant, dont la puissance restauratrice tire l [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Jean-Louis KLEIN, « SECRÉTAN CHARLES - (1815-1895) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-secretan/