LONGUET CHARLES (1840-1903)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Caen d'une famille monarchiste, Charles Longuet commence ses études de droit et dirige Les Écoles de France et La Rive gauche, organes de l'opposition. Il a alors la réputation d'être blanquiste. Exilé en Belgique, puis à Londres, il entre en janvier 1862 au Conseil général de l'Internationale et devient secrétaire correspondant pour la Belgique. Aux divers congrès de l'Internationale, il défend les thèses proudhoniennes. À la chute de l'Empire, il est délégué au comité central des vingt arrondissements. Comme membre du comité central de la garde nationale, il est l'un des principaux chefs de l'insurrection du 18 mars. Du 27 mars au 15 mai, il dirige le Journal officiel de la Commune, qui devient l'organe politique de l'assemblée parisienne. Le 16 avril, il est élu à la Commune et nommé à la commission du travail et de l'échange. Il vote contre le Comité de salut public, s'oppose à ses excès et signe le manifeste de la minorité. À la Commune, Longuet apparaît comme « le propagateur et le gardien de la doctrine proudhonienne » (Le Pelletier). À la chute de la Commune, réfugié à Londres, il reprend son activité au Conseil général de l'Internationale et vote notamment l'exclusion des bakouninistes en 1872. En 1874, il épouse la fille aînée de Marx, Jenny. Après l'amnistie, il devient à La Justice l'un des collaborateurs de Clemenceau. Socialiste, il adhère au Parti possibiliste. Il est élu au conseil municipal de Paris. En 1901, il traduit avec une très importante introduction, sous le titre La Commune de Paris, La Guerre civile en France de Marx. À sa mort, Anatole France prononce son éloge. Encore plus que le second gendre de Marx, Paul Lafargue, Charles Longuet fut un proudhonien fervent et l'une des grandes figures de la Commune et du socialisme français. Après 1871, il défend, contre les insinuations d'Engels et contre le silence de Marx, l'influence de Proudhon sur la Commune et sur le mouvement socialiste. L'action de Charles Longuet, comme celle de Lafargue, fut significative de ce « proudhono-marxisme » qui est une constante du socialisme français.

—  Jean BANCAL

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, ès sciences économiques, docteur en droit, professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne, directeur du Centre d'études et de recherches pour le développement intégré

Classification

Les derniers événements

15-30 mars 1998 • France • Progression de la gauche aux élections régionales et cantonales et division à droite au sujet du Front national.

déclare « qu'il ne faut pas transiger » avec les « convictions républicaines ». Le 20, cinq élus U.D.F. – Jean-Pierre Soisson (apparenté U.D.F.) en Bourgogne, Bernard Harang (Démocratie libérale, D.L.) dans le Centre, Jacques Blanc (D.L.) en Languedoc-Roussillon, Charles Baur (Force démocrate, F.D [...] Lire la suite

21 mars - 2 avril 1993 • France • Victoire de l'opposition aux législatives, Édouard Balladur Premier ministre, Philippe Séguin président de l'Assemblée nationale.

, de la Santé et de la Ville. Sont également nommés ministres d'État Charles Pasqua (R.P.R.), à l'Intérieur et à l'Aménagement du territoire, Pierre Méhaignerie (U.D.F.), garde des Sceaux, et François Léotard (U.D.F.), à la Défense. Alain Juppé (R.P.R.) est nommé aux Affaires étrangères, François [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean BANCAL, « LONGUET CHARLES - (1840-1903) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-longuet/