FOUCAULD CHARLES EUGÈNE vicomte de, puis PÈRE DE FOUCAULD (1858-1916)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Strasbourg dans une famille aristocratique aisée, orphelin de père et de mère à cinq ans, Charles Eugène vicomte de Foucauld quitte l'Alsace avec ses grands-parents après la défaite de 1870. Il fait ses études au lycée de Nancy. Sous l'influence des idées positivistes de l'époque, il perd la foi à l'âge de seize ans. Il entre à Saint-Cyr, puis à Saumur (où se trouve Pétain). En mars 1881, à Sétif (Algérie), il brise sa carrière militaire en ne voulant pas obéir à ses supérieurs qui lui ont ordonné de cesser une liaison publiquement affichée. Il entreprend, en 1883-1884, une exploration périlleuse au Maroc, avec une compétence scientifique et une audace qui lui valent d'être aussitôt reconnu par ses pairs de la Société de géographie. Pendant deux ans, à Paris, il écrit la relation de son exploration (Reconnaissance au Maroc, 1888) et réfléchit dans la solitude. L'agnostique Foucauld a été très impressionné, au Maroc, par la foi des musulmans. Il se rend souvent dans les églises, répétant : « Mon Dieu, si vous existez, faites-vous connaître. » Il rencontre, en octobre 1886, l'abbé Huvelin, directeur spirituel de sa cousine, Marie de Bondy, et se convertit discrètement.

Il « ne veut plus alors vivre que pour Dieu ». Son sens de l'absolu le pousse à entrer dans le couvent le plus dur de France, la trappe Notre-Dame des Neiges (Ardèche), puis à aller se perdre dans une fondation très pauvre que ce monastère a établie en Syrie. Après six ans en Syrie, il quitte la Trappe et, libre de toute obédience, vient vivre dans une petite cabane à Nazareth, comme domestique des clarisses.

Il désire bientôt devenir prêtre ; il est ordonné le 9 juin 1901, avec le statut de « prêtre libre du diocèse de Viviers ». Saisi par le désert qu'il a connu dans son exploration marocaine, il s'installe dans le Sud algérien, à Béni-Abbès, ermite qui ne sort pas de son ermitage, mais qui veut être « frère universel », « donner l'hospitalité à tout venant, bon ou mauvais, ami ou ennemi, musulman ou chrétien ». Il mène une lutte vigoureuse contre l'esclavage, s'intéresse à l'avenir de l'Algérie [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  FOUCAULD CHARLES EUGÈNE vicomte de, puis PÈRE DE FOUCAULD (1858-1916)  » est également traité dans :

ORDRES RELIGIEUX

  • Écrit par 
  • André DUVAL
  •  • 3 244 mots

Dans le chapitre « Du XVIe au XXe siècle : dépassement des solutions acquises »  : […] Trois forces s'affirment au xvi e siècle : critique évangélique, réinvention, juridisme conservateur, dont le jeu antagoniste commandera l'évolution des formes de vie religieuse jusqu'aux radicales remises en question d'aujourd'hui, après l'euphorie du II e concile du Vatican. Monachatus non est pietas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ordres-religieux/#i_35440

Pour citer l’article

Jean-François SIX, « FOUCAULD CHARLES EUGÈNE vicomte de, puis PÈRE DE FOUCAULD (1858-1916) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-eugene-foucauld/