Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

DESPIAU CHARLES (1874-1946)

Sculpteur français, Charles Despiau est un artiste dont l'œuvre ne comporte qu'un petit nombre de pièces, mais dont le talent particulier retient l'attention. Il se forma dans une période riche en trouvailles dans le domaine de la sculpture et qui fut dominée par le naturalisme violent de Rodin. L'orientation que celui-ci donna à la sculpture ne fut pourtant pas exclusive, et des tendances qui ne se rattachent pas directement à son art furent suivies par de nombreux sculpteurs. Un style se forma, adopté par Despiau en particulier, qui est caractérisé par une expression simple, un sentiment archaïque, inspiré du folklore autant que des arts primitifs. De telles influences favorisèrent chez Despiau un formalisme discret où les volumes sont plus esquissés qu'indiqués et où les surfaces se couvrent de signes. Préoccupé exclusivement de la figure humaine, Despiau exprime la vie intérieure de ses modèles plus que leurs rapports avec le monde (Ève, 1925). Despiau fut chargé, à l'occasion, de commandes monumentales (Monument aux morts à Mont-de-Marsan, Monument à Duruy), mais son œuvre réside presque entièrement dans l'art du portrait. Là, il atteint un degré inégalé d'intimité avec l'existence contemplative, végétale dirait-on, du modèle. Nul message n'est délivré, nul drame n'apparaît, nul sentiment n'est identifiable. L'œuvre suggère seulement les pulsions de la vie à travers un modelé d'une subtilité étonnante dont la fraîcheur captive encore.

— Jacques de CASO

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur émérite à l'université de Californie, Berkeley (États-Unis)

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ART SOUS L'OCCUPATION

    • Écrit par Laurence BERTRAND DORLÉAC
    • 7 408 mots
    • 2 médias
    ...le vainqueur. Tandis que les autres préféraient se taire, Bouchard et Dunoyer de Segonzac confiaient aux journalistes leur enthousiasme, à l'instar de Despiau, qui allait signer en outre, quelque temps plus tard la monographie du sculpteur préféré de Hitler : Arno Breker, publiée à l'occasion de sa grande...

Voir aussi