CARLOS (O. Assayas)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fallait-il montrer à Cannes, dans un festival international « de cinéma », Carlos, un film « de télévision » de cinq heures et demie en trois épisodes, produit par Canal Plus et diffusé simultanément sur cette chaîne, alors que la version réduite destinée au cinéma (Le Prix du Chacal) ne sortirait que quelques semaines plus tard ? Une seule projection a suffi à faire taire la polémique, donnant raison à son réalisateur, Olivier Assayas. Carlos est réalisé dans « un esprit et un style cinéma ». Retracer la carrière du terroriste qui attira l'attention du monde entier par ses actions violentes durant près de deux décennies nécessitait à la fois une telle durée et le budget de quinze millions d'euros que l'industrie cinématographique seule ne pouvait s'autoriser.

Carlos (2010) s'inscrit dans la vogue des biopics, après notamment Che (2008), Mesrine (2008) ou Vincere (2009). Pourtant, retracer la vie d'Ilich Ramírez Sánchez depuis les premiers attentats de 1973 jusqu'à son arrestation en 1994 peut surprendre chez un cinéaste tel qu'Olivier Assayas. Cet ancien critique des Cahiers du cinéma, promoteur en particulier des cinémas asiatiques, fut ensuite, de 1986 à 1994, un fin observateur des sentiments de sa génération, décrivant en particulier le passage de l'adolescence à l'âge adulte (Désordre, 1986 ; L'Enfant de l'hiver, 1988 ; Paris s'éveille, 1991 ; L'Eau froide, 1994), et plus tard le mal-être des adultes poursuivis par leur passé (Fin août, début septembre, 1998 ; L'Heure d'été, 2008...). Irma Vep (1996) marque un tournant vers le romanesque via les Vampires de Louis Feuillade, ce que confirment Les Destinées sentimentales (2000), d'après le roman de Jacques Chardonne. Demonlover (2002) et Boarding Gate (2007) reprennent le thème du passage d'un monde ancien à un monde de plus en plus contemporain et virtuel, ouvrant ainsi la voie à la fresque de Carlos.

Chronologique, rapide, construit avant tout sur l'évocation d'opérations de guérilla urbaine entrecoupées de nombreus [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification

Pour citer l’article

Joël MAGNY, « CARLOS (O. Assayas) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/carlos-o-assayas/