CAPONNIÈRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Terme de fortification ; à l'origine, dans la fortification bastionnée, la caponnière est une levée de terre qui protège une communication intérieure, reliant plusieurs ouvrages entre eux (par exemple, la tenaille et la demi-lune). Les hommes qui l'empruntent sont ainsi soustraits à la vue et aux coups directs de l'adversaire. La caponnière est simple ou double, suivant que la communication est protégée par un ou deux épaulements. La fonction de communication de la caponnière se doubla rapidement d'un rôle de flanquement, lorsqu'il apparut souhaitable de l'aménager pour permettre aux hommes qui l'empruntaient ou s'y installaient de tirer par-dessus l'épaulement. Ainsi, le tir depuis la caponnière, notamment entre tenaille et demi-lune, améliorait le flanquement des fossés.

En passant, à la fin du xviiie siècle, de la fortification bastionnée à la fortification polygonale (dont le théoricien est Montalembert), la caponnière garde principalement sa fonction de flanquement. Elle devient alors un ouvrage en forme de redan à angle saillant, suggestivement appelé parfois « as de pique », doté de canons, comptant souvent plusieurs étages de feux, l'un à ciel ouvert, les autres sous casemate. L'utilisation, à partir de 1885, de l'explosif brisant et des obus torpilles nécessita de cuirasser ces casemates pour les rendre moins vulnérables aux coups de l'artillerie.

—  Jean DELMAS

Écrit par :

  • : docteur habilité à la recherche, diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris, ancien chef du service historique de l'Armée de terre

Classification

Autres références

«  CAPONNIÈRE  » est également traité dans :

FORTIFICATIONS

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 5 535 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les profils terrassés »  : […] L'introduction de la poudre en Occident n'entraîne pas de changements immédiats dans l'architecture militaire. Les boulets de pierre que lancent les premières bouches à feu n'entament pas l'escarpe d'Orléans (1428), n'ébrèchent que légèrement celle de Constantinople (1453). Mais le boulet de fonte triomphe de toutes les fortifications existantes. L'artillerie de Charles VIII en fait une brutale d […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean DELMAS, « CAPONNIÈRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/caponniere/