CALVITIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La calvitie désigne l'absence ou la chute des cheveux. On distingue deux types de calvitie : une chute permanente des cheveux par destruction des follicules pileux et une chute temporaire des cheveux par lésion transitoire des follicules pileux.

Dans le premier cas, la calvitie prédomine chez l'homme (calvitie androgénétique). Son degré est plus ou moins important chez 40 p. 100 de la population masculine. La chute des cheveux survient graduellement, en commençant par les cheveux de la ligne frontale ou la formation de golfes temporaux par amincissement de la couronne. Dans les cas extrêmes, il ne reste plus de cheveux que sur les côtés et l'arrière de la tête (calvitie hippocratique, avec aspect de tonsure). La calvitie androgénétique est héréditaire. Son degré varie. Elle serait due à un déséquilibre des taux d'hormones mâles (testostérone et androgènes) dans le sang circulant.

Dans le second cas, la perte temporaire des cheveux, appelée alopécie, fait couramment suite à une maladie accompagnée d'une forte fièvre, à l'irradiation par les rayons X, à l'ingestion de métaux (thallium, étain, arsenic) et de médicaments (anticancéreux), à la malnutrition, à certaines maladies inflammatoires de la peau, à des atrophies chroniques ou à des troubles endocriniens. Quoique d'origine inconnue, la pelade (alopécie circonscrite) est relativement fréquente. Temporaire, elle est caractérisée par la survenue soudaine de plaques de calvitie (aspect glabre).

Il existe trois traitements de la calvitie androgénétique. Le premier, la transplantation de cheveux, consiste à implanter des follicules pileux de régions du cuir chevelu où poussent encore des cheveux dans celles qui en sont dépourvues (par exemple, transplantation de cheveux de l'arrière de la tête en région frontale).

Le deuxième traitement est l'application locale d'un médicament. L'application quotidienne de minoxidil est réputée pour son efficacité dans la prévention de la chute des cheveux. Dans certains cas, elle favoriserait la repousse de cheveux dans certaines régions du cuir chevelu. Son mécanisme d'action demeure inconnu. Elle provoque cependant une dilatation des vaisseaux sanguins, ce qui augmenterait l'apport de sang et, par conséquent, celui des hormones mâles présentes dans le sang circulant, d'où le ralentissement de la chute des cheveux et leur repousse.

Le troisième traitement est l'administration de finastéride. Sa prise quotidienne, sous forme de comprimés, semble efficace dans la prévention de la chute des cheveux et, dans quelques cas, favorise la repousse des cheveux dans les aires de calvitie. Le finastéride ralentit la transformation de la testostérone en dihydrotestostérone (DHT), impliquée dans la calvitie.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Autres références

«  CALVITIE  » est également traité dans :

ALOPÉCIES

  • Écrit par 
  • Pierre de GRACIANSKY
  •  • 591 mots
  •  • 1 média

L'absence ou la rareté des cheveux est quelquefois congénitale, mais dans l'alopécie acquise la chute des cheveux est un symptôme, au retentissement psychique souvent très net . La recherche de ses causes est avant tout orientée par sa topographie, circonscrite, diffuse ou régionale. Les alopécies circonscrites sont d'origines diverses : – Certaines dermatoses portent atteinte au cuir chevelu : […] Lire la suite

Pour citer l’article

« CALVITIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/calvitie/