KOCH C. J. (1935-2013 )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les romans de l’Australien C. J. Koch choisissent souvent pour toile de fond un décor asiatique dans lequel des Australiens, confrontés à des problèmes d’ordre moral, s’efforcent de se comprendre eux-même et le monde qui les entoure. Pour décrire ces personnages, l’écrivain utilise plusieurs niveaux de narration et recourt à des voix au ton familier admirablement bien caractérisées.

Christopher John Koch naît le 16 juillet 1932, à Hobart (Tasmanie). Après avoir quitté l’école, il travaille dans une librairie, puis décide de reprendre des études de littérature anglophone, de philosophie et d’histoire ancienne à l’université de Tasmanie. Il écrit son premier roman, Les Garçons de l'île (The Boys in the Island, 1958, adapté au cinéma en 1990), pendant les deux années qu’il passe à Londres. L’ouvrage ne sera publié que deux ans après son installation à Sydney, où il travaille comme réalisateur de radio pour l’Australian Broadcasting Commission. Grâce à ce premier livre, bien reçu par la critique, C. J. Koch obtient une bourse qui lui permet de suivre un atelier d’écriture à l’université Stanford, aux États-Unis, dans les années 1960. En 1972, il décide de se consacrer entièrement à sa carrière littéraire.

Son roman le plus célèbre, LAnnée de tous les dangers (The Year of Living Dangerously, 1978), suit les pas d’un journaliste de radio australien nommé Guy Hamilton (en partie inspiré par son frère, Philip Koch) qui part à Djakarta en 1965, à la veille de la tentative avortée de coup d’État contre le dictateur indonésien Sukarno. Le personnage secondaire de Billy Kwan paie de sa vie la découverte de soi qu’expérimente un autre, un thème récurrent dans l’œuvre de C. J. Koch. Le romancier cosigne le scénario de l’adaptation que le réalisateur australien Peter Weir porte à l’écran en 1982. Parmi ses autres ouvrages de fiction, citons Doubleman (1985, The Doubleman, Miles Franklin Award), deux romans liés entre eux, Les Rizières rouges (Highways to a War, 1995) et Out of Ireland (1999), ou encore The Memory Room (2007) et Lost Voices (2012).

C. J. Koch meurt le 23 septembre 2013, à Hobart.

—  Universalis

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Autres références

«  KOCH C. J. (1935-2013 )  » est également traité dans :

AUSTRALIE

  • Écrit par 
  • Benoît ANTHEAUME, 
  • Jean BOISSIÈRE, 
  • Bastien BOSA, 
  • Vanessa CASTEJON, 
  • Harold James FRITH, 
  • Yves FUCHS, 
  • Alain HUETZ DE LEMPS, 
  • Isabelle MERLE, 
  • Xavier PONS
  •  • 27 374 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Du réalisme à l'invention littéraire »  : […] L'après-guerre vit se concrétiser les promesses dont la littérature australienne semblait porteuse, même s'il fallut attendre les années 1970 pour que les activités culturelles jouent un rôle plus large au sein de la communauté. Des poètes de talent, tels que Kenneth Slessor (1901-1971), James McAuley (1917-1976) ou A. D.  Hope (1907-2000), donnèrent alors toute leur mesure. Le dernier cité en par […] Lire la suite

Les derniers événements

18 janvier 2009 Allemagne. Élections régionales en Hesse

Koch (C.D.U.), le ministre-président sortant.  […] Lire la suite

27 janvier 2008 Allemagne. Élections régionales en Hesse et en Basse-Saxe

Koch, qui a conduit une campagne sur le thème de la sécurité, devance à peine le S.P.D., en forte hausse: 36,8 p. 100 des voix (48,8 p. 100 en 2003) contre 36,7 p. 100, soit 42 sièges pour chacun des partis. En Basse-Saxe, le ministre-président chrétien - démocrate Christian Wulff, au discours plus modéré et plus social, l'emporte avec 42,5 p. 100  […] Lire la suite

2 février 2003 Allemagne. Victoire des chrétiens-démocrates lors de scrutins régionaux

Koch restera ministre-président de Hesse, et Christian Wulff le deviendra en Basse-Saxe. Ces scrutins sont considérés comme des « troisièmes tours », après la courte victoire du Parti social-démocrate aux élections fédérales de septembre 2002. L'opposition de droite dispose désormais de 41 sièges sur 69 au Bundesrat. Elle devient également majoritaire […] Lire la suite

Pour citer l’article

« KOCH C. J. (1935-2013 ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/c-j-koch/