BURTON sir RICHARD FRANCIS (1821-1890)

Après avoir fait des études à Trinity College, à Oxford, Richard Francis Burton s'engage dans l'armée dès qu'éclate la première guerre afghane, en 1842, et part pour l'Inde. Mais ses activités militaires sont totalement éclipsées par ses études. Il apprend le hindī, le gujerātī, le mahratte, le sindhī, le pendjābī, le persan, le pachto, le sanskrit et l'arabe. Il s'initie en même temps aux cultures correspondant à ces langues. Malade, il est rapatrié en 1849. De retour en Angleterre, il publie toute une série d'ouvrages scientifiques sur l'Inde. En 1853, il fait le pèlerinage de La Mekke et en tire un livre. En 1854, il tente d'explorer le pays somali, dans la région de Berbera, mais, blessé, il doit revenir en Angleterre.

La Royal Geographical Society lui propose alors de monter une expédition en Afrique centrale, vers les sources du Nil. Il quitte l'Angleterre en octobre 1856 pour une aventure qui dure deux ans et demi. En février 1858, il arrive au lac Tanganyika, mais des difficultés incessantes l'obligent à revenir à Zanzibar sans avoir pu découvrir toute la région des grands lacs.

Désormais célèbre, il voyage dans le monde entier. En 1860, il est au pays des Mormons, dans l'Utah. Il est ensuite consul de Grande-Bretagne à Fernando Póo, ce qui lui permet de s'intéresser au Dahomey et au pays yorouba. Il est le premier Européen à faire l'ascension du mont Cameroun. Il remonte l'embouchure du Congo et se rend au Gabon. De 1865 à 1869, il est en poste en Amérique du Sud, de 1869 à 1871 consul à Damas. Ses fouilles mettent au jour les premiers vestiges de la civilisation hittite. À partir de 1872, il est en poste à Trieste, mais cela ne l'empêche pas de se rendre à nouveau en Inde, puis dans la région dite de la Gold Coast (le Ghana actuel), tout en faisant, entre-temps, des fouilles en Italie du Nord. En outre, il traduit en anglais les Lusiades de Cam oes et Les Mille et Une Nuits.

Richard F. Burton

Richard F. Burton

photographie

Le Britannique Richard Francis Burton, explorateur, orientaliste et écrivain, en 1870. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

—  Alfred FIERRO

Écrit par :

  • : archiviste-paléographe, conservateur à la Bibliothèque nationale

Classification


Autres références

«  BURTON sir RICHARD FRANCIS (1821-1890)  » est également traité dans :

EXPLORATIONS

  • Écrit par 
  • Jean-Louis MIÈGE
  •  • 13 774 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le dépassement de soi »  : […] Sir Richard Burton (1821-1890), « pèlerin et sexologue » (Juan Goytisolo), oscillant entre « infamie et éternité » (Jorge Luis Borges), « mélange de boucanier, de croisé et de bénédictin » (Paul Morand), est une des personnalités les plus insolites d'une Angleterre victorienne, riche en originaux et en excentriques. Linguiste, parlant, dit-on, vin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/explorations/#i_48430

Pour citer l’article

Alfred FIERRO, « BURTON sir RICHARD FRANCIS - (1821-1890) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/burton-sir-richard-francis/