BUJUMBURA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Capitale du Burundi, Bujumbura, l'ancienne Usumbura, située à l'extrémité nord-est du lac Tanganyika (775 m d'altitude), se trouve en situation excentrée sur le territoire burundais. Les Pères blancs, suivis par les militaires allemands, s'y installent en 1897, près du grand marché de Mukaza. Le site, ouvert sur la plaine de la Ruzizi au nord, se resserre au sud entre le lac et le versant oriental de la dorsale Congo-Nil, traversé par des rivières torrentueuses. Le climat tropical (23 0C), à faible pluviométrie (861 mm), est tempéré par la brise du lac.

Burundi : carte administrative

Burundi : carte administrative

Carte

Carte administrative du Burundi. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Poste militaire et centre commercial pendant la période allemande, la ville devient, sous le mandat belge, le chef-lieu du Ruanda-Urundi et la porte de l'empire colonial belge vers l'océan Indien, via le lac et le chemin de fer tanzanien. Lors de l'accession du Burundi à l'indépendance, en 1962, Bujumbura compte 50 000 habitants, 92 000 en 1971, 157 000 en 1979 et 236 000 en 1990. Cette croissance soutenue est due au fait que Bujumbura est la seule ville importante du pays, vers laquelle affluent tous les migrants. Elle atteint 550 000 habitants en 2006. Le tiers de la superficie de la ville est occupé par l'agriculture vivrière : riz, manioc, bananes et cultures maraîchères.

Les fonctions de capitale se concentrent dans le quartier administratif et commercial du centre-ville, aux larges avenues ombragées, enserré par les quartiers résidentiels, Rohero I et II, qui se prolongent au nord et au sud par de nouveaux quartiers, alors que, à l'est, des villas luxueuses, noyées dans une végétation tropicale, montent à l'assaut du versant. À l'ouest, « le quartier asiatique » se partage entre les échoppes d'artisanat moderne et les bazars pakistanais.

Le long du lac, les activités de loisirs sont limitées par les infrastructures du port, par la pêche – qui est en pleine restructuration –, et par le quartier industriel aux entreprises variées : déparchage du café (action de débarrasser les grains de café de leur enveloppe), huilerie, savonnerie, laiterie, brasserie, textile, plastiques, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages






Écrit par :

  • : docteur en géographie, docteur d'État ès lettres et sciences humaines, professeur de géographie à la retraite (universités de Brazzaville, de Bujumbura, de Butare, de Ouagadougou et de Nouakchott)

Classification


Autres références

«  BUJUMBURA  » est également traité dans :

BURUNDI

  • Écrit par 
  • Christian THIBON
  •  • 8 322 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Une décolonisation conflictuelle et une cristallisation ethnique »  : […] Cependant, l'indépendance octroyée le 1 er  juillet 1962 ne permet pas la réalisation du projet nationaliste de modernisation conservatrice. Certes, le pays n'est guère prêt, en raison du faible nombre des élites universitaires et de la situation originale de Bujumbura, une ville plus cosmopolite que burundaise, un centre extra-coutumier dont le développement s'est distingué du reste du royaume d […] Lire la suite

Les derniers événements

11-28 décembre 2015 • Burundi • Attaques de l’opposition armée.

Le 11, des rebelles opposés au président Pierre Nkurunziza attaquent trois objectifs militaires à Bujumbura, la capitale. L’échec de l’opération est suivi par une violente répression qui se solde par des dizaines de morts et des centaines d’arrestations. La décision du président Nkurunziza [...] Lire la suite

2 août 2015 • Burundi • Assassinat du bras droit du président Pierre Nkurunziza.

Le lieutenant général Adolphe Nshimirimana, ancien chef d’état-major et ancien chef des services de renseignement, éminence grise du régime et chef des Imbonerakure, le mouvement de jeunesse du parti au pouvoir, est assassiné à Bujumbura. Le climat politique reste très tendu dans le pays après la tentative de putsch de mai, la répression qui s’en est suivie et la réélection contestée du président Pierre Nkurunziza en juillet.  [...] Lire la suite

4-31 mai 2015 • Burundi • Répression de l’opposition au président Pierre Nkurunziza.

Le 4, à Bujumbura, la police tire sur les manifestants qui s’opposent au projet du président Pierre Nkurunziza de briguer un troisième mandat lors de l’élection présidentielle prévue en juin. La Constitution indique que le chef de l’État est élu au suffrage universel et qu’il ne peut être [...] Lire la suite

11-26 juillet 2010 • Ouganda • Attentats islamistes meurtriers.

en Somalie (Amisom) chargée de défendre le fragile gouvernement fédéral de transition. Dans un message diffusé au début du mois, le chef des milices Al-Shabab, Mohamed Abdi Godane, alias Abou Zubaïr, avait menacé Kampala et Bujumbura, accusant les soldats de l'Amisom d'être responsables de la mort [...] Lire la suite

3-12 septembre 1996 • Burundi • Retour partiel à la légalité.

Le 3, les rebelles hutu, bras armé du Conseil national pour la défense de la démocratie dirigé par Léonard Nyangoma, tirent au mortier sur Bujumbura pour la première fois depuis un an. Cette pression militaire exercée sur la capitale renforce les effets de l'embargo observé par les pays voisins [...] Lire la suite

2-30 août 1996 • Burundi • Isolement du pays.

avec le Burundi, en application des sanctions décidées en juillet à Arusha (Tanzanie) par les pays d'Afrique orientale dans l'attente du rétablissement de l'ordre constitutionnel à Bujumbura. Cette décision entraîne l'isolement complet du pays, dont les frontières avec la Tanzanie et le Zaïre sont déjà fermées [...] Lire la suite

20-31 juillet 1996 • Burundi • Coup d'État militaire au profit des Tutsi.

, se réfugie dans les locaux de l'ambassade des États-Unis à Bujumbura, tandis que la tension continue de croître. Le 24, le principal parti de l'opposition – l'Unité pour le progrès national (Uprona) –, à majorité tutsi, dénonce la convention de gouvernement conclue en septembre 1994 avec le Front [...] Lire la suite

5-18 juin 1995 • Burundi • Poursuite du « nettoyage » des quartiers hutu de la capitale par l'armée.

Le 5, le Premier ministre tutsi Antoine Nduwayo demande aux civils d'évacuer les quartiers hutu de Bujumbura avant d'entreprendre une intervention militaire destinée à « libérer » ce secteur des « terroristes » hutu qui s'y cachent. Cette déclaration provoque un nouvel exode des Hutu [...] Lire la suite

11-28 mars 1995 • Burundi • Violences interethniques et début d'exode.

Le 11, dix jours après la formation du nouveau gouvernement, le ministre de l'Énergie et des Mines, Ernest Kabushemeye, un Hutu, est assassiné à Bujumbura. Le 13, l'ancien maire tutsi de Bujumbura, le colonel Lucien Sabuku, est enlevé dans la capitale. Son corps supplicié est retrouvé le 15. Le 19 [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre SIRVEN, « BUJUMBURA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bujumbura/