OKOUDJAVA BOULAT CHALVOVITCH (1924-1997)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrivain et chanteur-compositeur russe, Okoudjava est l'auteur de plusieurs recueils de poèmes et de deux romans. La Cuiller (Bud' Zdorov školjar, 1961), roman autobiographique, est le journal d'un adolescent, soldat pendant la Seconde Guerre mondiale ; son antihéroïsme a soulevé des discussions animées. Pauvre Avrossimov (Glotok svobody, 1971) est consacré au décembriste Pestel ; Le Voyage des dilettantes (Putešestvie diletantov, 1976-1978) nous montre « un homme de trop » sous le règne de Nicolas Ier. Okoudjava est aussi l'auteur de scénarios, de pièces de théâtre et de récits autobiographiques (La Jeune Fille de mon rêve, 1988 Devuška moej mečty), mais il est surtout connu comme auteur-compositeur et interprète. Il chante, en s'accompagnant à la guitare, des poèmes sur Moscou, sur sa haine de la guerre, sur l'amour, la liberté. Ses chansons, pleines de tendresse, mais aussi de courage civique, et qui écartent l'habituel ton rhétorico-lyrique, ont fait, copiées et recopiées sur bandes magnétiques, le tour de l'U.R.S.S. Leur style nouveau en U.R.S.S. a fait naître toute une école de chanteurs que les Soviétiques ont appelés troubadours, ménestrels ou chansonniers, car ils y retrouvaient la manière des chanteurs-compositeurs français. On retiendra les noms de Vysotski (1938-1980), acteur de son métier, qui compose des chansons de truands et de camps, et celui du dramaturge Galitch (1919-1978) qui écrit des chansons sur les camps et des chansons satiriques sur le régime ; ces dernières lui ont valu la célébrité, l'exclusion de l'Union des écrivains et l'exil. Enregistrés et diffusés par des particuliers, en dehors des circuits officiels, ces chansonniers ont représenté la forme la plus vivante de la chanson sous le régime soviétique.

—  Alexis BERELOWITCH

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, maître de conférences à l'université de Paris-Sorbonne

Classification


Autres références

«  OKOUDJAVA BOULAT CHALVOVITCH (1924-1997)  » est également traité dans :

QUATRIÈME GÉNÉRATION, littérature soviétique

  • Écrit par 
  • Jean CATHALA
  •  • 482 mots
  •  • 1 média

L'expression de Quatrième Génération, due au critique soviétique Alexandre Makarov, désigne les écrivains qui font leur entrée dans la littérature à la fin des années cinquante. Presque tous étaient à peine adolescents à la fin de la guerre. Élevés dans le culte de Staline, ils commencent à écrire quand le XX e  Congrès vient de révéler qu'on les a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/quatrieme-generation-litterature-sovietique/#i_49498

RUSSIE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER, 
  • Marie-Christine AUTANT-MATHIEU, 
  • Hélène HENRY, 
  • Hélène MÉLAT, 
  • Georges NIVAT
  •  • 25 103 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Retour sur le passé »  : […] Une véritable explosion : c’est ce qui caractérise la prose des premières années postsoviétiques. La libération de la parole permet d’évacuer les traumatismes et de briser le silence. Elle lève les tabous et introduit dans la littérature le corps, les thèmes sulfureux, la violence, cela dans un langage souvent cru. L’écriture est placée sous le sig […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-arts-et-culture-la-litterature/#i_49498

Pour citer l’article

Alexis BERELOWITCH, « OKOUDJAVA BOULAT CHALVOVITCH - (1924-1997) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/boulat-chalvovitch-okoudjava/