SPASSKY BORIS (1937- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Joueur d'échecs français d'origine soviétique, champion du monde de 1969 à 1972.

Né à Léningrad (actuellement Saint-Pétersbourg) le 30 janvier 1937, Boris Vassilievitch Spassky apprend à jouer aux échecs dans un centre d'accueil pour enfants de la province de Kirov où il a été évacué en raison de l'offensive allemande. Maître international en 1953, il remporte le championnat du monde junior en 1955 et, cette même année, reçoit le titre de grand maître international. En 1956, il est le plus jeune des participants au tournoi des candidats qui doit désigner le prochain adversaire du champion du monde. Beaucoup voient dans le jeune homme, qui poursuit des études de journalisme à l'université de Léningrad, un futur numéro un mondial. Cependant, la consécration sera tardive : la fin des années 1950 voit l'ascension rapide et brillante de Mikhaïl Tal, dont le talent fait de l'ombre aux autres joueurs soviétiques, et le moral de Boris Spassky n'est pas à toute épreuve. Sa première victoire au championnat d'U.R.S.S., en 1961, marque un nouveau départ. En 1966, il affronte une première fois pour le titre de champion du monde son compatriote Tigran Petrossian, et s'incline de peu. La seconde tentative, en 1969, est la bonne. En 1972, cependant, au championnat du monde de Reykjavik, Spassky est nettement battu par la nouvelle étoile de l'échiquier, l'Américain Bobby Fischer, au terme d'un affrontement très médiatisé.

Les deux champions, dont les noms sont demeurés associés dans la mémoire collective, se retrouveront vingt ans après pour un nouveau face-à-face, encore remporté par Fischer ; organisé au Monténégro par un homme d'affaires serbe, en marge de l'instance fédérale et en contravention avec l'embargo alors imposé par l'O.N.U., ce match n'avait guère de signification sportive, Fischer n'ayant plus joué en tournoi depuis le championnat du monde de Reykjavik et Spassky étant désormais éloigné de ses meilleures années. En 1977, en finale du tournoi des candidats, il avait disputé à Viktor Kortchnoï, ex-Soviétique devenu Suisse, le droit d'affronter pour le titre Anatoli Karpov, successeur de Fischer en 1975. Lui-même avait alors quitté l'U.R.S.S. et pris la nationalité française.

Si son palmarès en tournois reste modeste par rapport à ceux de champions comme Fischer ou Karpov, Boris Spassky, à son meilleur niveau, a battu les plus grands champions en déployant un jeu brillamment agressif, imprévisible et d'un rare opportunisme. On peut consulter à cet égard l'ouvrage de Bernard Cafferty, Les Cent Meilleures Parties de Spassky (1972 ; trad. franç. 1973), qui permet de suivre l'ascension du futur champion du monde de 1949 à 1971.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Classification

Autres références

«  SPASSKY BORIS (1937- )  » est également traité dans :

FISCHER BOBBY (1943-2008)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 755 mots

Seul Américain depuis Paul Morphy (1837-1884) à avoir dominé la scène échiquéenne mondiale, Bobby Fischer est devenu célèbre auprès du grand public pour avoir interrompu, en pleine guerre froide, la série des champions du monde soviétiques. Robert James (Bobby) Fischer naît le 9 mars 1943 à Chicago (Illinois) au sein d'une famille bientôt désunie. Il découvre les échecs à l'âge de six ans et rejoi […] Lire la suite

Pour citer l’article

« SPASSKY BORIS (1937- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 janvier 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/boris-spassky/