Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MONLUC BLAISE DE (1500 env.-1577)

Originalité et portée des « Commentaires »

Ses Commentaires ne seront publiés que quinze ans plus tard, à Bordeaux, en 1592, par les soins de l'humaniste Florimond de Roemond, mais seront souvent réimprimés par la suite.

Il arrive à Monluc, en revoyant son premier jet, d'emprunter quelques détails aux mémorialistes contemporains ; mais il s'est fait une règle de ne rapporter que ce qu'il a vu : il y a là une étroitesse certaine de point de vue, mais les résultats sont parfois remarquables, et des passages comme la délibération du Conseil du roi avant Cérisoles ou l'assaut de Rabastens sont de saisissants reportages. Les détails les plus menus, les gestes, les mouvements et jusqu'à l'accent des paroles, tout y est. Si la chronologie souffre parfois de graves confusions, la topographie est d'une scrupuleuse exactitude. Dominant l'ensemble, l'inlassable commentaire que Monluc a rajouté à sa narration prend des tons très variés : ici, le vieux soldat se défend contre ses détracteurs ; plus souvent, il donne des leçons : aux capitaines, ses compagnons, mais aussi aux lieutenants du roi, voire au roi lui-même ; parfois, il se fait satirique – en particulier contre les dames de la cour ; et il prend encore plaisir à affiner çà et là des maximes morales assez amères (« Toujours le plus petit a le tort », a-t-il écrit un soir de mauvaise humeur). Son style est rocailleux et, en certains endroits, franchement incorrect ; mais il est savoureux par sa familiarité et frappant par sa véhémence, par la rapidité de l'exposé, l'ironie des réflexions, la fréquence des apostrophes. Tout compte fait, cette éloquence naturelle n'est pas peu convaincante.

Monluc nous fait sentir la dureté du siècle et ses misères. Vaincu et infirme, il cherche à se consoler en exagérant la cruauté dont il a fait preuve contre les réformés, et il s'en fait gloire. Seulement, à côté des ennemis, il y a le pauvre peuple « qu'il faut manger », c'est-à-dire écraser sous les pillages, les impositions forcées, les mises à sac, les violences de toute sorte, et Monluc a pitié de lui.

Mais les Commentaires nous intéressent surtout par le portrait qu'ils nous offrent de leur auteur. Portrait évidemment flatteur, où se superposent plusieurs images. C'est d'abord le capitaine, l'officier d'infanterie que Monluc est resté toute sa vie : d'une bravoure à toute épreuve, payant sans cesse de sa personne, proche du soldat et sachant lui parler, au reste vantard, inculte, colérique et méprisant abondamment les « civils ». C'est ensuite le lieutenant du roi, qui sait tout le prix de la rapidité dans l'exécution, qui ne s'embarrasse pas de scrupules, qui n'hésite pas à avouer ses fautes tactiques mais qui paraît soucieux de ne pas risquer à la légère sa réputation de général qui n'a jamais été vaincu. À ces deux premiers personnages vient s'ajouter celui du vieux Monluc, converti tardivement aux occupations littéraires (il appelle cela ses « écritures »), rédigeant ses mémoires pour l'instruction de ses cadets et l'édification des princes : un nouveau Caton le Censeur. Ne pouvant plus agir autrement, il est parvenu à nous laisser de lui-même une image avantageuse, vivante, complexe et, en dépit qu'on en ait, attachante.

— Robert GARAPON

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur de lettres à l'université de Paris-Sorbonne

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )