JOPPOLO BENIAMINO (1906-1963)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né en Sicile, Beniamino Joppolo s'installe à Florence où il termine des études de sciences politiques et sociales. Son refus militant de la dictature se solde par plusieurs années d'incarcération et d'exil politique dans le sud de l'Italie. Déserteur de l'armée fasciste, il déchire sa carte d'adhésion au Parti communiste italien juste après la Libération. Entre 1945 et 1949, il publie deux romans traduits en français par Jacques Audiberti. Dans Les Chevaux de bois (La Giostra di Mechele Civa, 1945) apparaît le personnage d'un paysan sicilien engagé pour une prime dans l'aviation fasciste et qui, après avoir pris conscience de s'être vendu à la pire des violences, manifeste sa rébellion par une série de crimes dont les victimes innocentes partagent d'ailleurs son pacifisme et son antimilitarisme bafoués ; dans Le Chien, le Tram et le Photographe (Un Cane ucciso, 1949), un petit bourgeois milanais découvre, en commettant plusieurs meurtres, une volupté compensatrice par rapport à la vie que lui impose l'Italie industrielle. À une époque où la littérature partisane italienne tombe souvent dans des descriptions populistes, Joppolo présente, dans un style violent et saccadé, des personnages victimes des instincts les plus meurtriers, qui sont en fait la réaction pathologique d'individus confrontés à un capitalisme de plus en plus insoutenable. À partir de 1950, il se consacre presque exclusivement au théâtre et à la peinture. Fontana, Dova, Crippa et lui fondent Spatializmo (Mouvement spatial). Inspiré par un mot d'Audiberti, Joppolo publie, en 1951, l'Abumanesimo, dans lequel il ébauche une critique des idéologies, qu'Audiberti approfondit en 1955 dans L'Abhumanisme. En 1954, il s'installe à Paris où il peint en participant aux expositions européennes du Spatializmo, écrit pour des quotidiens italiens et rédige plus de trente pièces de théâtre, dont I Carabinieri, version définitive d'un canevas de 1949, représentée à Paris et à Spolète et adaptée sous ce même titre pour le cinéma par Jean-Luc Godard (1962). Joppolo a laissé une autobiographie, La Doppia Storia, qui a été publiée après sa mort (1968).

—  Giovanni IOPPOLO

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Giovanni IOPPOLO, « JOPPOLO BENIAMINO - (1906-1963) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/beniamino-joppolo/