THEUX DE MEYLANDT BARTHÉLEMY comte de (1794-1894)

Avocat et homme politique belge, Barthélemy de Theux de Meylandt est élu au Congrès national par le district de Hasselt. Il soutient la candidature de Léopold de Saxe-Cobourg-Gotha comme roi des Belges. Il reste député catholique du district de Hasselt pendant quarante ans. Il est ministre de l'Intérieur de 1831 à 1832. Chef du Parti catholique, il prend la tête d'un gouvernement unioniste d'août 1834 à avril 1840. Il y obtient le portefeuille de l'Intérieur et, en 1837, celui des Affaires étrangères. En 1835, il donne à la Belgique le premier chemin de fer du continent et, en 1836, il fait voter les lois provinciales et communales accordant une grande autonomie régionale. En 1839, il accepte le traité des vingt-quatre articles qui cède aux Pays-Bas une partie du Limbourg, le Luxembourg (à l'exception d'Arlon) et l'embouchure de l'Escaut. Il est renversé quelque temps plus tard par l'opposition. Il forme encore deux ministères homogènes avec Jules Malou de 1846 à 1847 et de 1871 à 1874. Il restera le chef de la droite jusqu'à sa mort.

—  Josiane COEKELBERGHS-CUYPERS

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Josiane COEKELBERGHS-CUYPERS, « THEUX DE MEYLANDT BARTHÉLEMY comte de (1794-1894) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/barthelemy-theux-de-meylandt/