CASTILHO ANTÓNIO FELICIANO DE (1800-1875)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Poète et traducteur portugais né le 28 janvier 1800 à Lisbonne, mort le 18 juin 1875 à Lisbonne.

Bien qu'aveugle dès son enfance, António Feliciano de Castilho fait des études classiques et publie à seize ans une série de poèmes, de traductions et d'écrits pédagogiques. Sa carrière littéraire peut être divisée en deux phases, dont le tournant se situe pendant la période révolutionnaire de la fin des années 1840. Au cours de la première partie de sa vie, Castilho publie de la poésie et s'efforce d'assimiler les nouvelles tendances romantiques sans se départir d'un esprit fondamentalement néo-classique.

Castilho acquiert la reconnaissance avec la publication en 1837 de ses Œuvres complètes (Obras Completas) et devient une figure littéraire de Lisbonne. La même année, il est nommé directeur d'un important journal, O Panorama. En 1838, il entreprend une collaboration avec le poète Almeida Garrett – représentant majeur du romantisme au Portugal – pour renouveler le théâtre national et commence à écrire ses récits romantiques de la vie des héros portugais du Moyen Âge (Quadros Históricos de Portugal). Il prend la tête de la grande revue culturelle Revista Universal Lisbonense en 1842.

Castilho vit pendant deux ans aux Açores (vers 1848-1850) afin de promouvoir l'agriculture comme instrument de réforme sociale. Son retour au Portugal marque le début de la seconde partie de sa carrière. Castilho n'a jamais totalement adhéré au romantisme. Esprit plus académique qu'imaginatif, il revient à un formalisme classique dans la lignée de la précédente génération des poètes arcadiens portugais. Pourtant son prestige personnel est à son apogée. Son style formel pèse tellement sur les goûts littéraires que la nouvelle génération d'écrivains se révolte. Le jeune poète Antero de Quental ouvre les hostilités en 1865 avec son pamphlet Bom senso e Bom gosto (Bon Sens et bon goût), en réponse aux attaques de Castilho contre certains jeunes écrivains. C'est le début de la fameuse « querelle de Coïmbre » (Questão Coimbrã) qui secoue la littérature portugaise et réussira à mettre fin à la dictature littéraire de Castilho.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  CASTILHO ANTÓNIO FELICIANO DE (1800-1875)  » est également traité dans :

PORTUGAL

  • Écrit par 
  • Roger BISMUT, 
  • Cristina CLIMACO, 
  • Michel DRAIN, 
  • José-Augusto FRANÇA, 
  • Michel LABAN, 
  • Jorge MORAÏS-BARBOSA, 
  • Eduardo PRADO COELHO
  •  • 40 038 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « Romantisme et réalisme »  : […] Au cours du xix e  siècle, l'évolution littéraire reflète celle des grands États européens : le romantisme portugais est tributaire du Sturm und Drang , de Rousseau, de Chateaubriand, des poètes anglais et italiens. L'influence de Lamartine et de Hugo, des romans historiques de Walter Scott, des romans humanitaires d'Eugène S […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/portugal/#i_22565

Pour citer l’article

« CASTILHO ANTÓNIO FELICIANO DE - (1800-1875) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/antonio-feliciano-de-castilho/