SANGUINETTI ANTOINE (1917-2004)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Militaire français. Résistant, commandant du porte-avions Clemenceau (1967-1968) et major général de la marine (1972-1974), il termine sa carrière au grade de vice-amiral d'escadre (1974). Antoine Sanguinetti s'est fait remarquer par sa liberté de ton, peu commune au sein de la « grande muette ». Ses critiques de la politique atlantiste de la France lui valent une mise à la retraite anticipée en 1976. En 1983, Charles Hernu, alors ministre socialiste de la Défense, le réintègre dans les cadres. Homme de conviction, son engagement en faveur des droits de l'homme n'a jamais faibli. En 1978, il enquête sur les dictatures militaires de l'Argentine et de l'Uruguay. En 1990, il soutient la création du mouvement antifasciste Ras l'Front. En 1996, il se tient aux côtés des sans-papiers, réfugiés dans l'église Saint-Bernard, à Paris. Ses combats politiques le conduisent aussi à se présenter, sans succès, à la mairie de Toulon en 1977 et aux élections européennes sur la liste du professeur Léon Schwartzenberg en 1996.

—  Universalis

Classification

Pour citer l’article

« SANGUINETTI ANTOINE - (1917-2004) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-sanguinetti/