LAGARRIGUE ANDRÉ (1924-1975)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Aurillac, André Lagarrigue fait ses études dans le sud-ouest de la France jusqu'à son admission à l'École polytechnique, en 1945. Le rang qu'il obtient à la sortie le dirige vers le corps des ingénieurs de l'armement, et cette orientation va lui permettre d'acquérir une solide formation de mécanicien et doit le préparer à la tâche de constructeur de gros appareillages.

Encore élève à Polytechnique, il prend contact avec la physique expérimentale en proposant ses services à l'équipe de recherche animée par son professeur, Louis Leprince-Ringuet. Celui-ci, décelant son goût naissant et ses solides qualités, l'incite à demander son détachement et à s'orienter vers la recherche scientifique. Lagarrigue participe alors à des expériences destinées à déterminer, au moyen de la chambre de Wilson, à L'Argentière-la-Bessée dans les Hautes-Alpes, la masse de la particule appelée alors méson μ, actuellement nommée muon.

En 1952, il soutient en Sorbonne une thèse de doctorat sur les propriétés expérimentales de la désintégration du muon. En cette circonstance, il impressionne son jury par ses dons pédagogiques, la clarté de son exposé et la rigueur de son argumentation. D'ailleurs, dans la suite de sa carrière, il sera souvent mis à contribution, soit dans des conférences internationales pour les mises au point sur les questions scientifiques, soit par des laboratoires aussi bien russes et américains qu'européens pour des colloques sur les développements récents de ses recherches.

Sur invitation expresse de l'université de Californie, il se rend en 1954 à Berkeley. Il y découvre, d'une part, les immenses possibilités expérimentales ouvertes par les grands accélérateurs tels que le Bevatron, d'autre part, les ressources considérables promises aux physiciens, qui pourront disposer auprès de ces accélérateurs de nouveaux détecteurs de particules. À son retour en France, il fixe la voie qu'il suivra fidèlement jusqu'à sa disparition précoce : travailler auprès des plus récents accélérateurs (Saturne ou le synchrotron à protons du C.E.R.N.) au moyen d'un matériel de détection de pointe (chambres à bulles en l'occurrence) conçu et réalisé pour une physique donnée. Cette démarche scientifique a été principalement illustrée par sa proposition de construire la chambre Gargamelle, par la part qu'il prit à sa réalisation en tant que maître d'œuvre, puis par la campagne qu'il mena avec succès pour qu'elle soit placée, au C.E.R.N., dans le meilleur faisceau neutrino de l'époque.

En étroite association avec les chercheurs dont il aimait s'entourer, Lagarrigue contribua de manière décisive à l'étude de sujets aussi variés que les modes neutres et leptoniques de désintégration des kaons (K0, K+), les règles de sélection ΔI = 1/2 ou ΔS = ΔQ, les désintégrations leptoniques des hypérons. Particulièrement attiré par l'étude des interactions faibles, il fit de la physique du neutrino son champ favori. Le sommet de son activité de recherche dans ce domaine fut sa contribution – essentielle pour la physique de ces dix dernières années, fort prometteuse pour la physique théorique et expérimentale – à la preuve de l'existence de courants neutres, leptoniques ou non.

La communauté européenne des physiciens de hautes énergies a reconnu la qualité de l'œuvre d'André Lagarrigue en l'appelant à siéger en 1974 au Scientific Policy Committee, organe qui définissait la politique scientifique du C.E.R.N. Respecté, exigeant, intransigeant même, il joua un rôle pilote dans l'organisation et la promotion de la recherche fondamentale en France et même en Europe. Sous-directeur, dès 1959, du centre de recherches de physique de l'École polytechnique, il accéda, en 1969, à la direction du laboratoire de l'accélérateur linéaire d'Orsay, où il prit une part importante dans la décision de construire un grand anneau de collisions e+e, La mise en évidence, juste avant sa mort, d'une nouvelle classe de particules (Φ), grâce au puissant anneau de collisions de Stanford, a confirmé la justesse de cette décision.

Membre actif de nombreux comités (notamment au C.N.R.S., au C.E.R.N.) et de plusieurs conseils scientifiques (C.E.A., IN2P3, etc.), Lagarrigue s'employa pour que les physiciens puissent disposer des moyens nécessaires. Il fut aussi l'un des premiers à stimuler, autour du C.E.R.N., les collaborations entre les équipes des diverses nations européennes.

Parallèlement à son activité scientifique, André Lagarrigue a toujours cultivé sa passion de l'enseignement et de la vulgarisation. Pédagogue réputé, il fut d'abord maître de conférences à l'École polytechnique, puis, en 1964, professeur à l'université de Paris-Sud (Orsay). Il y professa tous les types d'enseignement, depuis les leçons d'initiation aux étudiants en médecine jusqu'aux cours pour le diplôme d'études approfondies. Il accepta, en 1972, la présidence de la commission ministérielle d'étude pour l'enseignement de physique-chimie-technologie. Convaincu que la physique doit s'apprendre dès le jeune âge à l'aide de cas concrets, il gagna à cette idée de nombreux professeurs du secondaire et favorisa les expériences d'enseignement modernisé de la physique.

André Lagarrigue a été honoré, pour son œuvre de physicien, de plusieurs prix de l'Académie des sciences, de la médaille d'argent du C.N.R.S. et du prix Joliot-Curie de la Société française de physique.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Daniel MORELLET, « LAGARRIGUE ANDRÉ - (1924-1975) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-lagarrigue/