BRYCE ECHENIQUE ALFREDO (1939- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Bien qu'il ait déjà publié, sous le titre de Permiso para vivir (1993), un volume de Mémoires, complété en 2005 par Permiso para sentir, c'est dans ses œuvres de fiction qu'il faut chercher une implicite biographie d'Alfredo Bryce Echenique : il est en effet de ces écrivains qui sont eux-mêmes la matière de leurs livres et pour qui la littérature n'est que réalité décalée. Tous ses romans, toutes ses nouvelles racontent en fait l'histoire d'un homme extraordinairement doué pour voir la vie avec son imagination et la raconter avec suffisamment d'humour pour que ces confessions déguisées ne se réduisent pas à un simple exhibitionnisme. Quand on aura ajouté que le thème constant de son œuvre est l'amour, et son avatar l'amitié, on aura cerné la spécificité d'un écrivain qui a passé une grande partie de sa vie en Europe, belvédère d'où il a pu contempler, avec autant de nostalgie que de sens critique, un Pérou qu'il avait quitté pour échapper à un destin de banquier ou d'avocat afin de s'adonner à sa passion, l'écriture, avant de le retrouver à partir de 1984, pour le quitter à nouveau (1999) et finalement s’y installer – définitivement ? – à la fin des années 2000.

Né à Lima en 1939, dans une famille de la haute société, Bryce Echenique, dont le double patronyme dit bien la double ascendance, écossaise par son père et basque par sa mère, quitte donc son pays pour l'Europe à l'âge de vingt-cinq ans, muni d'une bourse d'un an accordée par le gouvernement français. Comme presque tous ses confrères, il commence par un recueil de nouvelles, Huerto cerrado (1968, Je suis le roi), et se révèle au grand public avec son premier roman, Un mundo para Julius (1970, Julius), qui lui vaut d'emblée la célébrité dans le monde hispanique, et une solide notoriété ailleurs. Ce roman, qu'un sondage parmi le monde des lettres liménien donnait pour le meilleur roman péruvien de tous les temps, contient tous les ingrédients qui feront la saveur des suivants : un regard amusé et nostalgique sur une société critiquée et chérie à la fois, un humour tendre et amical pour ses personnages, même ceux qu'il détruit allègrement, et un travail sur la langue qui fait de ces textes l'exemple même d'une littérature pseudo-orale, au point que tout lecteur qui a entendu Bryce Echenique raconter ses histoires a l'impression de l'entendre encore en le lisant.

Les rapports que ces romans entretiennent avec la vie de l'auteur, le fait que leurs protagonistes soient des enfants, des adolescents ou des adultes ayant refusé de grandir, le parcours qu'ils suivent d'un livre à l'autre, même sous des identités différentes, tout cela permet de définir la quasi-totalité des livres de Bryce Echenique comme de véritables romans d'éducation. No me esperen en abril (1995, Ne m'attendez pas en avril) en fournit une preuve éclatante : c'est, dans un collège loufoque pour fils de milliardaires, le récit des années de lycée des futurs dirigeants de la patrie, qui constituent très vite une superbe galerie de dégénérés irrécupérables évoqués par le narrateur, lequel a su, lui, prendre ses distances. On voit la dimension critique. C'est le même humour dévastateur, même s'il n'est jamais vraiment méchant, qu'on trouve dans ses recueils de nouvelles, comme La Felicidad ja, ja (1974, La Felicidad, ah ! ah ! ah !), Magdalena Peruana (1988, Une Lettre à Martín Romaña), Dos señoras conversan (1994, Le Petit Verre de ces dames), ou dans le diptyque intitulé Cahiers de navigation dans un fauteuil Voltaire, dont les deux parties, La Vida exagerada de Martín Romaña (1981, La Vie exagérée de Martín Romaña) et El hombre que hablaba de Octavia de Cádiz (1985, L'homme qui parlait d'Octavia de Cadix) offrent à la fois l'histoire d'un grand amour et la vision désopilante de mai 68 et de ses effets sur un jeune Péruvien installé à Paris. Dans ces deux livres, le récit à la première personne fait naître une extraordinaire illusion de réel. Il s'agit, en dépit des malheurs qui accablent le héros, d'un hymne à la vie, à l'amitié et à l'amour, écrit avec une irrésistible drôlerie. L'évocation de Paris se poursuivra dans Guia triste de Paris (1997, Guide triste de Paris), tandis qu’avec le roman El huerto de mi amada (2006, Le Verger de mon aimée), Bryce Echenique exploite à nouveau le filon des amours adolescentes. Il renoue enfin avec la critique sociale, toujours aussi féroce et drôle, mais non exempte de tendresse, avec Dándole pena a la tristeza (2012), histoire de l’ascension et de la décadence d’ [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : agrégé d'espagnol, maître de conférences honoraire à l'université de Toulouse-II-Le Mirail

Classification

Autres références

«  BRYCE ECHENIQUE ALFREDO (1939- )  » est également traité dans :

AMÉRIQUE LATINE - Littérature hispano-américaine

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN, 
  • Michel BERVEILLER, 
  • François DELPRAT, 
  • Jean-Marie SAINT-LU
  •  • 16 294 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le roman »  : […] La vogue du récit ne s'amoindrit pas, le roman reste largement servi par le choix des éditeurs en France, laissant aussi une plus grande place au roman court et à la nouvelle, si fréquemment cultivés en Amérique de langue espagnole. Les grandes figures des années 1970-1980 conservent leur suprématie. Gabriel García Márquez, après avoir fait une incursion dans la Carthagène des Indes du xviii e  s […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Marie SAINT-LU, « BRYCE ECHENIQUE ALFREDO (1939- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/alfredo-bryce-echenique/