KOLTSOV ALEXEÏ VASSILIEVITCH (1809-1842)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils d'un marchand de bétail, autodidacte, Koltsov fait connaissance de Stankevitch à Voronej et fréquente son cercle lorsqu'il se rend à Moscou. Ses vers touchent par leur sincérité, leur spontanéité. Il chante la vaste steppe, le désir de liberté, le mal d'amour, les peines du paysan, dans un langage naïf, direct, qui enchante ses amis moscovites puis les célébrités pétersbourgeoises, Pouchkine, Odoïevski. Stankevitch, lui-même poète, prépare à ses frais un premier recueil de poèmes de Koltsov (1835). La méditation philosophique inspirée par ses amis hégéliens lui réussit moins (ses Dumy), mais il reprend avec bonheur des accents populaires transmis par les colporteurs. Mélancolique, inconsolable après la mort de sa bien-aimée, il meurt phtisique.

—  Alexandre BOURMEYSTER

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, docteur ès lettres, maître de conférences à l'université de Grenoble-III

Classification


Autres références

«  KOLTSOV ALEXEÏ VASSILIEVITCH (1809-1842)  » est également traité dans :

BIÉLINSKI ou BELINSKI VISSARION GRIGORIEVITCH (1811-1848)

  • Écrit par 
  • José JOHANNET
  •  • 2 332 mots

Dans le chapitre « Une critique lancinante »  : […] Biélinski est d'abord un critique : on peut ne tenir compte ni de ses deux drames, médiocres, ni de sa Grammaire russe , qui passa inaperçue. Il n'a pas été le premier critique russe ni même le premier critique influent (les journalistes Polévoï et Nadejdine avaient déjà beaucoup fait), mais il inventa un nouveau type de critique et en accomplit la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bielinski-belinski/#i_1014

Pour citer l’article

Alexandre BOURMEYSTER, « KOLTSOV ALEXEÏ VASSILIEVITCH - (1809-1842) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexei-vassilievitch-koltsov/