KOUPRINE ALEXANDRE IVANOVITCH (1870-1938)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né dans un bourg de la province de Penza en 1870. Le père d'Alexandre, petit fonctionnaire, meurt un an plus tard, laissant sa famille dans la misère. Descendante d'une famille princière tartare, sa femme est hébergée à Moscou avec ses trois enfants dans une institution pour les veuves indigentes. Son fils est placé à six ans dans un orphelinat et connaîtra ensuite les internats du lycée militaire, puis de l'école militaire dont il sort à vingt ans, sous-lieutenant affecté dans une petite ville de garnison de Podolie. Cette rude éducation, si elle développa des qualités physiques peu communes, laissa de profondes blessures psychologiques et ne donna à Kouprine qu'une culture fort limitée.

Le jeune officier, grossier, buveur et coureur, fait cependant très tôt ses essais littéraires, avec des poèmes d'abord, dès l'âge de quinze ans, puis des récits assez maladroits : Le Dernier Début (Poslednij debut) est publié en 1889. Après une vaine tentative pour entrer à l'École de l'état-major, Kouprine démissionne de l'armée en 1894. Ses souvenirs militaires nourriront, tout au long de sa vie, certaines de ses œuvres les plus importantes : La Rupture (Na Perelome) en 1900, Le Duel (Poedinok) en 1905 et Les Élèves-officiers (Junkera), composé de 1928 à 1933.

Sans famille, sans demeure et sans argent, Kouprine connaît alors des années d'errance de ville en ville et de métier en métier (journaliste à tout faire, dentiste, artiste de cirque puis de théâtre, employé d'usine, régisseur de propriété). Prosateur réaliste, influencé par Tolstoï et Tchekhov, il s'affirme peu à peu grâce à de nombreux récits et nouvelles dans lesquels il décrit les différentes facettes de la vie russe, et en particulier la grande entreprise industrielle (Moloch, 1896).

Son attitude critique à l'égard de tous les pouvoirs l'amène naturellement, lorsqu'il s'installe à Saint-Pétersbourg en 1900, à s'intégrer au groupe d'écrivains progressistes réunis autour de Gorki dans la coopérative d'édition Le Savoir. Lié à Tchekhov, Gorki, Bounine, introduit dans les milieux l [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, ancien élève de l'École normale supérieure de Saint-Cloud, maître assistant à l'université des langues et lettres de Grenoble

Classification


Autres références

«  KOUPRINE ALEXANDRE IVANOVITCH (1870-1938)  » est également traité dans :

RUSSIE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER, 
  • Marie-Christine AUTANT-MATHIEU, 
  • Hélène HENRY, 
  • Hélène MÉLAT, 
  • Georges NIVAT
  •  • 25 103 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La littérature d'art (1890-1917) »  : […] Le reflux du mouvement révolutionnaire des années 1860 entraîne après 1881 une remise en question qui atteint de proche en proche l'ensemble des postulats politiques et philosophiques de l'intelligentsia. Le marxisme, avec Plekhanov, puis Lénine, entame les positions du populisme. Il marque un abandon du positivisme utilitariste et un renouveau phi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-arts-et-culture-la-litterature/#i_39709

Pour citer l’article

André RADIGUET, « KOUPRINE ALEXANDRE IVANOVITCH - (1870-1938) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-ivanovitch-kouprine/