FADEÏEV ALEXANDRE ALEXANDROVITCH (1901-1956)

Secrétaire de l'Union des écrivains de 1939 à 1954, membre du comité central du Parti communiste de l'Union soviétique de 1939 à 1956 (XXe congrès) : la carrière politique et littéraire de Fadeïev se confond avec la période stalinienne. Son engagement politique est précoce : dès 1918, il entre au Parti bolchevik, puis prend part à la guerre civile jusqu'en 1921 ; il milite dans le Parti communiste jusqu'en 1926, date à laquelle il devient écrivain professionnel. Son premier roman, La Débâcle (Razgrom, 1927) — débâcle d'un groupe de partisans en Extrême-Orient — est salué comme un événement par la critique : c'est, en effet, une des premières œuvres à mettre en scène un communiste qui voit dans la révolution non pas le chaos mais un monde nouveau ; dans ce roman, la forme marque un retour au réalisme tolstoïen après les recherches d'avant-garde des années vingt. Retour à Tolstoï pour ce qui est de la forme, positions communistes pour l'idéologie : ce sont les mots d'ordre des écrivains prolétariens, dont Fadeïev devient l'un des dirigeants. En 1932, lors de la dissolution des groupes littéraires, il participe à la création de l'Union des écrivains, sans rien abandonner de ses théories et de ses méthodes.

Pris par ses tâches de dirigeant, puis de secrétaire, auxquelles, après guerre, s'ajoutent celles d'animateur du Mouvement de la paix, il y déploie toute son énergie, son savoir et son talent : il est présent partout ; pas une réunion, ni une discussion, ni une commémoration à laquelle il n'assiste. Il lutte pour une littérature fondée sur le réalisme socialiste, qui doit « montrer la vie telle qu'elle est et simultanément telle qu'elle devrait être ». Il mène donc les campagnes contre Zochtchenko et Akhmatova en 1946, contre le cosmopolitisme... Sans doute, nombre d'écrivains ont-ils eu à souffrir par sa faute, mais son rôle n'a pas été clair : essayait-il de protéger les écrivains contre la répression, comme le suggère Ehrenbourg, ou la dirigeait-il, comme l'insinue Nadejda Mandelstam ? Lui-même, en tout cas, a beaucoup souffert en tant q [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, maître de conférences à l'université de Paris-Sorbonne

Classification


Autres références

«  FADEÏEV ALEXANDRE ALEXANDROVITCH (1901-1956)  » est également traité dans :

RÉALISME SOCIALISTE

  • Écrit par 
  • John BERGER, 
  • Howard DANIEL, 
  • Antoine GARRIGUES
  •  • 3 530 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Applications et conséquences »  : […] Le Don Paisible de Cholokhov, ou La Défaite de Fadeïev, purent franchir les écueils du dogmatisme doctrinaire et se tailler une place importante en tant qu'œuvres littéraires. Mais avec le temps, la chose devint de plus en plus difficile : que l'on se reporte à des œuvres plus tardives de Cholokhov, comme Terres défrichées […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/realisme-socialiste/#i_22328

RUSSIE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER, 
  • Marie-Christine AUTANT-MATHIEU, 
  • Hélène HENRY, 
  • Hélène MÉLAT, 
  • Georges NIVAT
  •  • 24 122 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Une littérature d'État »  : […] Dans les tranchées de Stalingrad, 1946), peint la guerre sans emphase, sous son jour quotidien ; elle oblige Fadéïev à remanier son roman Molodaja gvardija (La Jeune Garde, 1945) de façon à accentuer le rôle du parti dans l'organisation de la résistance à l'occupant ; elle condamne sévèrement Vassili Grossman (1905-1964) pour avoir fait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-arts-et-culture-la-litterature/#i_22328

Pour citer l’article

Alexis BERELOWITCH, « FADEÏEV ALEXANDRE ALEXANDROVITCH - (1901-1956) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-alexandrovitch-fadeiev/