CAVALCANTI ALBERTO (1897-1982)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né Alberto De Almeida-Cavalcanti à Rio de Janeiro, ce jeune esthète, qui a fait en Suisse des études de droit et d'architecture, se mêle à l'avant-garde parisienne des « années folles », collaborant avec Fernand Léger et Mallet-Stevens aux décors de L'Inhumaine (1923), avec Lazare Meerson à ceux de Feu Mathias Pascal (1925), deux films de Marcel L'Herbier. Il dessinera à Londres les décors de The Little People (George Pearson, 1926). Quand il passe à la réalisation, il abandonne la stylisation postcubiste pour un intimisme mélancolique dont témoignent Rien que les heures (1926), Yvette (1926), En rade (1927) et La P'tite Lilie (1929). La vedette de ce dernier film est Catherine Hessling, compagne de Jean Renoir. C'est d'ailleurs l'amitié de Renoir (qui jouera le rôle du Loup dans Le Petit Chaperon rouge de Cavalcanti, 1929) qui consacre après coup la modeste célébrité du Brésilien, bientôt désarçonné par le parlant et contraint de se plier aux impératifs commerciaux (Plaisirs défendus, 1933).

En 1934, toutefois, Cavalcanti accepte l'invitation de John Grierson, qui met sur pied le G.P.O. Film Unit : il est à Londres tour à tour ou simultanément directeur de production, superviseur technique et scénariste de nombreux documentaires – activité, couronnée en 1942 par Film and Reality, compilation d'extraits de cinquante-huit films commandée par le British Film Institute et charte du « réalisme poétique » britannique, dont il tirera un livre (Cavalcanti a écrit quantité d'essais théoriques). Engagé aux Studios Ealing, il signe en 1945 l'un des sketches (celui du ventriloque) du film d'épouvante Au cœur de la nuit (Dead of the Night) et laisse accroire qu'il a « supervisé » l'ensemble. Ses autres films britanniques sont pourtant bien anodins, à l'exception d'un Nicholas Nickleby assez réussi (1947).

En 1949, on le retrouve au Brésil, où il s'efforce de donner vie à une industrie cinématographique balbutiante depuis les années trente : il produit Caicana (1950) le film d'un jeune et aventureux Italien, Adolfo Celi, qui, de retour dans sa patrie, deviendra un acteur célèbre [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CAVALCANTI ALBERTO (1897-1982)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Cinéma

  • Écrit par 
  • N.T. BINH
  •  • 3 484 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une floraison de genres »  : […] Sans être aussi marquée que dans le cinéma américain, la division du cinéma britannique en genres précis s'est vite imposée. Si les Anglais sont connus pour leur sens de l'humour « à froid », la comédie britannique offre une belle variété de sous-genres. Les artistes burlesques venus de la scène, au temps du muet, firent carrière outre-Atlantique (Charles Chaplin, Stan Laurel), mais l'arrivée du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-cinema/#i_98009

REDGRAVE MICHAEL (1908-1985)

  • Écrit par 
  • André-Charles COHEN
  •  • 777 mots

À l'instar des grands comédiens britanniques de sa génération ou de ceux qui furent quelque peu plus âgés que lui – Laurence Olivier, Ralph Richardson, John Gielgud –, Michael Redgrave se sera ingénié à exprimer sur les scènes londoniennes l'intériorité de personnages démesurés et à extirper toute la petitesse, l'angoisse et la faiblesse de la destinée humaine. Le théâtre qu'il a défendu (Shakesp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michael-redgrave/#i_98009

Pour citer l’article

Gérard LEGRAND, « CAVALCANTI ALBERTO - (1897-1982) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alberto-cavalcanti/