CAPP AL (1909-1979)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Li'l Abner, d'Al Capp, est certainement la bande dessinée la plus populaire des États-Unis. Depuis 1934, année qui marque le commencement de sa publication, elle fait partie de la vie socio-culturelle des Américains. Les Peanuts de Schulz l'ont complétée sans la remplacer. À cet égard, il faut citer une anecdote significative : las de sécréter régulièrement les aventures de Li'l Abner, de ses parents, Mammy et Papa Yokum, de sa femme, Daisy Mae, et de son fils, Honest Abe, dans le village de Dogpatch, Al Capp décide d'interrompre sa bande dessinée. Les lecteurs, privés de ce qui était devenu leur aliment hebdomadaire, se rassemblent devant les locaux du journal pour exiger la poursuite de la bande. (Steinbeck est allé jusqu'à déclarer qu'Al Capp devait être proposé pour le prix Nobel). Or rien dans cette série qui a la vie américaine pour thème — on pourrait dire pour cible — n'est aimable. Les habitants de Dogpatch ressemblent comme des frères à des habitants des Appalaches laissés pour compte de l'american way of life ; pourtant, ils ont une foi absolue dans ce mode d'existence. Tous les personnages présentent des signes évidents de dégénérescence ainsi qu'un optimisme sans faille. Leur misère et leur optimisme sont extrêmes, et de ce contraste naît une suite d'aventures dont la truculence frôle toujours, par excès calculé, le mauvais goût. De toute évidence, le lecteur américain reconnaît, consciemment ou inconsciemment, dans cette perception négative de la vie américaine, une mise en images de toutes les inquiétudes et de tous les doutes qui peuvent l'assaillir ; il exorcise ainsi les démons qui pourraient le troubler. Le style de Li'l Abner est subtilement désordonné, l'image paraît chaotique, les bulles sont nombreuses et bien remplies. Paradoxalement, la population misérable qui est mise en scène paraît encombrée aussi bien par des pensées que par des accessoires inutiles.

Al Capp est également l'auteur d'une bande, Fearless Fosdick, qui parodie les aventures de Dick Tracy (personnage inventé par Alex Raymond et Chandler). Fosdick est aussi stupide que le modèle parodié est intelligent. Ici encore, Al Capp, œuvrant dans une société où la réussite est le but et la justification de l'homme, propose des compensations et des exorcismes.

—  Marc THIVOLET

Écrit par :

Classification


Autres références

«  CAPP AL (1909-1979)  » est également traité dans :

BANDE DESSINÉE

  • Écrit par 
  • Dominique PETITFAUX
  •  • 17 303 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Le temps des bandes dessinées d'aventures »  : […] En marge de ces séries d'aventures, Al Capp (Alfred Caplin, 1909-1979) fait dans Li'l Abner (1934) la satire de la vie américaine à travers la chronique fictive d'un petit village arriéré du Tennessee […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bande-dessinee/#i_45743

Pour citer l’article

Marc THIVOLET, « CAPP AL - (1909-1979) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-capp/