PADAMSEE AKBAR (1928- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Akbar Padamsee, l’une des figures majeures de la scène artistique indienne, est né à Bombay (Mumbai) le 12 avril 1928. Connu pour ses paysages archétypaux, il dépeint un monde à la frontière de l’abstraction et de la représentation. Outre la peinture, il explore d’autres formes plastiques : la sculpture, le dessin, l’aquarelle, mais aussi le cinéma, l'estampe numérique et la photographie.

Entré à dix-sept ans à la JJ School of Art de Bombay et diplômé en 1948, Akbar Padamsee décide en 1951 de partir pour Paris avec son aîné, S.H. Raza, co-fondateur du Progressive Artists Group (P.A.G.) – groupe qui, dans l'atmosphère d’une après-Indépendance traumatisée par la Partition et ses violences intercommunautaires, questionne avec passion, dogmes et enseignements. Il s’installe à Montparnasse, peint et commence à exposer. En 1952, il recevra des mains d’André Breton, le prix du « Journal des Arts », ex aequo avec Carzou. En 1954, sa première exposition personnelle tenue à la Jehangir Art Gallery à Bombay, qui comportait des nus, lui vaudra d’être accusé d’obscénité et, devant son refus de décrocher les œuvres, arrêté. En dépit du jugement rendu en sa faveur, et qui fera jurisprudence, ce sujet reste d’actualité en Inde. Il se partage alors entre Bombay et Paris, faisant des allers-retours fréquents entre les deux villes.

De 1959 à 1960, il réalise les œuvres monumentales très construites et d’une lancinante poésie de sa « Grey Period » où il interroge la neutralité et le chromatisme du gris. En France, il expose régulièrement à la galerie des Beaux-Arts : prophètes, figures christiques d’une présence saisissante, natures mortes et paysages, qui peuvent être vus comme des memento mori. Des nus térébrants remplacent ceux, austères et majestueux, des débuts. Il passe un séjour fructueux sur le continent nord-américain après l’obtention d’une bourse de la Fondation Rockefeller. Il sera également artiste en résidence à la Stout State University (Wisconsin) et présentera en 1967 une exposition au musée d'Art contemporain de Montréal, au Canada. À son retour en Inde, en 1969-1971 [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  PADAMSEE AKBAR (1928- )  » est également traité dans :

INDE (Arts et culture) - L'art

  • Écrit par 
  • Raïssa BRÉGEAT, 
  • Marie-Thérèse de MALLMANN, 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 49 132 mots
  •  • 62 médias

Dans le chapitre « Déplacements et immersion »  : […] À la fin des années 1950, plusieurs des peintres du P.A.G., dont F. N. Souza et S. H. Raza, A. Padamsee, Ram Kumar, Tyeb Mehta et K. G. Subramanyan, choisissent de partir pour voir, vivre et travailler dans des métropoles occidentales comme Londres, Paris ou New York. Certains s’y installent définitivement, comme Raza, Souza et Mohan Samant. Ils s’y révèleront en fin de compte assez imperméables a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-l-art/#i_56216

Pour citer l’article

Raïssa BRÉGEAT, « PADAMSEE AKBAR (1928- )  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/akbar-padamsee/