HWANG AFFAIRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'année 2005 a vu, à propos du clonage humain, l'une des fraudes scientifiques parmi les plus spectaculaires de l'histoire de la biologie. Dénommée l'« affaire Hwang » – du nom du chercheur sud-coréen Hwang Woo-suk, vétérinaire de formation, qui en est à l'origine –, elle a d'ores et déjà conduit à jeter un doute sur l'ensemble du système en vigueur assurant la diffusion des informations scientifiques à l'échelon international.

L'une des conséquences a aussi été de pousser les responsables du prestigieux hebdomadaire américain Science à retirer officiellement, le 10 janvier 2006, les deux études, désormais considérées comme frauduleuses et reflétant de graves manquements éthiques, signées par le professeur Hwang (Université nationale de Séoul, Corée du Sud) et ses collaborateurs. Ces deux publications annonçaient l'obtention, en 2004 puis en 2005, d'embryons humains conçus à partir de la technique du clonage par transfert nucléaire (celle qui avait permis, en 1996, de créer la brebis Dolly, premier mammifère cloné à partir du noyau d'une cellule somatique adulte) et de lignées de cellules souches avec une efficacité élevée. En 2005, l'équipe du professeur Hwang assurait avoir pu, à partir de trente et un embryons clonés, établir onze lignées cellulaires pour neuf des onze patients dont provenaient les cellules somatiques. Pour sept de ces neuf personnes, moins de vingt ovules énucléés avaient, selon les auteurs de ces travaux, été nécessaires, ce qui correspond à ce que l'on peut recueillir en deux dons. Ce résultat ouvrait de très larges perspectives médicales, permettant d'entrevoir la faisabilité du clonage à visée thérapeutique. Il avait de ce fait été salué comme un événement scientifique d'une très grande importance.

Tous les signataires des deux articles (respectivement, 15 et 25 personnes) avaient peu auparavant accepté le principe d'une rétractation de ces deux publications. Ces dernières n'ont donc plus d'existence dans la bibliographie scientifique internationale et les responsables de Science ont, dans le même temp [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : docteur en médecine, journaliste, chroniqueur médical sur le site d'information Slate.fr

Autres références

«  HWANG AFFAIRE  » est également traité dans :

FRAUDE SCIENTIFIQUE

  • Écrit par 
  • Nicolas CHEVASSUS-au-LOUIS
  •  • 4 393 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une succession de scandales »  : […] L'Allemand Jan Hendrik Schön était un spécialiste de la physique de la matière condensée. Après un brillant doctorat à l'université de Constance, il est directement recruté par les prestigieux Bell Labs aux États-Unis. Il y travaille sur la substitution dans les semi-conducteurs du silicium par des matériaux cristallins organiques et semble montrer que ces matériaux peuvent être utilisés pour la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fraude-scientifique/#i_55825

RESPONSABILITÉ SOCIALE DES SCIENTIFIQUES

  • Écrit par 
  • Jacques TESTART
  •  • 7 658 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Chercheurs complices »  : […] La multiplication des dérives déontologiques dans le comportement des chercheurs accompagne l'augmentation de leurs effectifs autant que la compétition intense à laquelle ils doivent se livrer, et la médiatisation qui les sollicite avec un certain succès. On ne peut plus ignorer que la fraude sur les résultats ou la compromission à l'occasion d'expertises sont des faits réels, mais le public n'im […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/responsabilite-sociale-des-scientifiques/#i_55825

Pour citer l’article

Jean-Yves NAU, « HWANG AFFAIRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/affaire-hwang/